Bouaké : Journée nationale de la paix/ L’ONG Ouka-Dêmin et la CRDP célèbrent la 24e édition

L’ONG Ouka-Dêmin et la Coalition Républicaine pour la Défense de la Paix (CRDP) ont célébré la journée nationale de la paix, le dimanche 15 Novembre 2020, au centre culturel Jacques Aka de Bouaké.

Pour l’initiateur Touré Souleymane président des deux structures, par ailleurs conseiller technique du premier ministre chargé de la jeunesse, cette journée est l’occasion d’inculquer des valeurs de paix aux populations. « Aujourd’hui est un grand jour pour toutes les populations de la Côte d’Ivoire, sans obédience politique. Et cela est une réalité en ce jour 15 Novembre. Car je suis accompagné par des leaders de différents partis politiques ; le Front Populaire Ivoirien (FPI), le Parti Démocrate de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) pour célébrer la paix à Bouaké » a-t-il dit.

En présence du secrétaire général de la préfecture de région et du premier magistrat de la commune, Touré Souleymane a invité les populations à préserver la paix car “sans paix il n’y a pas de développement, ni d’émergence, ni d’emplois “. Selon lui, toutes les réalisations au niveau de la région ont été possibles grâce à la paix.

Prenant la parole, Williams Félicien, vice-président de ladite coalition et membre du PDCI-RDA, s’est réjoui de cette initiative. « Comme le disait feu Félix Houphouët Boigny, la paix est une seconde religion, donc nous sommes venus parler à ces femmes afin qu’elles parlent à leur mari pour que notre pays connaisse la véritable paix ».

Le premier magistrat de la commune, le Maire Djibo Nicolas a, pour sa part, salué les efforts du gouvernement pour la préservation de la paix, car a-t-il dit “grâce à la paix notre pays s’est développé pour devenir aujourd’hui, le premier pays sur le plan économique de toute l’Afrique de l’ouest y compris le Nigéria”.

Il a invité les populations à “chérir cette paix pour aller de l’avant tout en encourageant le dialogue ouvert entre le président de la république Alassane Ouattara et son aîné le président du PDCI-RDA Henri Konan Bédié.

Cette 24e édition a été placée sous le thème “Ensemble consolidons la paix, préservons nos acquis’’, comme annoncé par le porte-parole du gouvernement Sidi Tiémoko Touré. L’Edition de 2020 intervient dans un contexte de vives tensions après l’élection présidentielle émaillée par de violents affrontements.

Instituée par décret le 7 mars 1996, la journée nationale de la paix (JNP) est célébrée le 15 novembre de chaque année, pour sensibiliser les populations à la culture de la paix et au vivre ensemble.

Sylvain Faithè

Bouaké : Commémoration du 15 novembre/ Jean Kouassi Abonouan pour l’institutionnalisation d’un repas de la cohésion et de la paix

Un parterre de  leaders d’opinion, de têtes couronnées, de ministres des cultes et  des membres des partis politiques du Rhdp ont été conviés à un repas, ce jeudi 15 novembre 2018, a l’occasion de la célébration de la journée nationale de la paix. Pour l’initiateur du projet, le Président du Conseil régional sortant de Gbêkê, Jean Kouassi Abonouan, il s’agit d’institutionnaliser ce repas de cohésion, afin que les filles et fils de la région se parlent.

« Je prie instamment l’ensemble de la classe politique et de la société civile à une union sacrée autour des idéaux de paix pour une Côte d’Ivoire réconciliée, gage de tout développement dans le pays » a lancé jean Kouassi Abonouan.

Le Conseiller technique du ministre des transports en charge de l’aviation civile entendait offrir ce repas pour, dit-il, célébrer la paix avec ses frères et sœurs de la région qu’il a dirigée depuis 2013. « Célébrer la paix en rassemblant les fils et filles du Gbêkê, c’est l’objectif que nous visons. Nous avons donc décidé de réunir tous les enfants du Gbêkê pour partager un repas ».

«  Ce rendez-vous de partage est à sa première édition, nous allons faire en sorte que tous le 15 novembre de chaque année, les enfants du Gbêkê se retrouvent parce que notre pays a besoin de la paix. Avec toute notre histoire récente, notre pays a besoin de la paix» ajoute – il.

Yolande.sepenedio@gmail.com 

Côte d’Ivoire : Paix et stabilité/Une plate- forme des croyants, en renfort

Les dernières élections locales organisées dans le pays, donnent des frayeurs aux ivoiriens à l’orée du prochain scrutin présidentiel. C’est pourquoi les religieux veulent se donner les moyens d’apaiser le climat social en faisant de 2020 l’année de consolidation de l’unité nationale.

Il s’agit pour eux, de rassembler les Ivoiriens autour des valeurs pionnières qui ont fondé la Nation grâce à une vision partagée de la Foi qui transcende les barrières religieuses. Voilà ce qu’ont compris les initiateurs de la plateforme des Leaders des Croyants pour la paix, la réconciliation, la cohésion sociale et le développement (PLCRD) qui ont procédé le jeudi 18 octobre, date anniversaire de la naissance du père fondateur de la Côte d’ivoire moderne, au lancement officiel de ce nouveau cadre d’actions à l’Hôtel Palm Club à Abidjan.

Interpellés par les récentes violences postélectorales, les Guides religieux, ont répondu massivement à l’appel de la Plateforme, pour démontrer leur engagement à faire prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation.  Après les prières œcuméniques, la présidente YAO Madeleine, a insisté sur la gouvernance qui est  « une mission divine » depuis l’origine. Selon elle, réussir une bonne gouvernance implique des  principes divins.

Quant au Frère Clément Akobe, auteur de cette initiative, il a déclaré que la PLCRD, est « une plateforme de concertation et de propositions pour ramener les acteurs à Dieu. 2020 étant maintenant, il était nécessaire pour les leaders religieux de toutes les confessions de travailler au rassemblement».

Cette cérémonie a vu l’investiture de 120 personnalités en tant que messagers de la paix. Des messagers de la paix qui auront pour mission de promouvoir les idéaux de fraternité et de cohésion, socles de l’unité nationale.

A.K.

Photo Randonnee Bke 15-11-2017

Bouaké : Les populations ont marché pour la paix

La journée nationale de la paix a été célébrée à Bouaké ce mercredi 15 novembre. C’était à l’initiative de la fédération ivoirienne des randonnées pédestres et du bien-être pour tous. L’activité a été marquée par une marche pour la paix et a regroupé des autorités de Bouaké, des associations et les corps militaires et para- militaires.

 

La fédération ivoirienne des randonnées pédestres et du bien-être pour tous est le ‘’sacrement de la cohésion sociale’’ si l’on en croit la présidente Essen Marie- Laure. « Il était important qu’on marque ce sacrement a Bouaké, Bouaké qui est une ville de paix et qui a marqué l’histoire de la Cote d’Ivoire » a t- elle dit.

 

« Il faut que Bouaké redevienne comme Bouaké qu’on a connu dans le temps. C’est de Bouaké que toutes les bonnes choses partaient. C’est de Bouaké que la joie se rependait sur la Cote d’Ivoire. Donc il faut qu’on retrouve ce Bouaké-là. » a dit pour sa part la présidente régionale de ladite fédération à Bouake, Mme Diomande Mondeni, député de Bouaké.

 

C’est donc vers 07h, que la marche pour la paix est partie de l’ancien stade de Bouake. Les marcheurs sont passés par la Sicogi d’Ahougnansou (un quartier de Bouake), le petit feu du même quartier avant de revenir à l’ancien stade à N’gattakro. Soit une distance de 3 Km parcourus.

 

Pour le maire de Bouaké, Nicolas Djbo, cette journée mérite d’être commémorée  à Bouake, étant donné que cette ville a connu de nombreux soubresaut en cette année 2017. « Cette journée vient à son heure pour nous permettre de marquer un arrêt et de corriger les mauvais comportements. » a dit le maire Djibo Nicolas.

 

« La paix reste la seule condition pour le développement et nous devons, tous autant que nous sommes, nous y mettre » a ajoute le député Diomande Mondeni.

 

La cérémonie a pris fin par la remise de diplôme d’honneur a des participants.

 

La journée nationale de la paix est célébrée chaque 15 novembre de l’an en Cote d’ivoire.

Arouna Kone