seminaire-de-mise-en-route-de-ce-projet-pilote-de-labellisation-des-sites-d_33v0rda3uou

Médias numériques: Le Repprelci lance un projet de labellisation des sites d’information en Côte d’Ivoire

Dix sites web ivoiriens seront bientôt soumis à une phase pilote de labellisation, dans le cadre d’un projet, lancé le mardi 12 octobre 2021 à Adzope , par le Réseau des professionnels de la presse en ligne en Côte d’Ivoire (Repprelci), une grande première en Afrique francophone.

Pour l’élaboration du processus, le Repprelci, la faîtière de la presse numérique en Côte d’Ivoire, a organisé du 10 au 12 octobre 2021 à Adzopé (Sud), un séminaire de mise en route de ce projet pilote qui durera six mois selon un chronogramme. 

Ce projet de la labellisation des sites d’information dans le pays est financé par l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire à hauteur de 25 000 dollars, soit environ 12,5 millions de FCFA.

L’Ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Richard Bell, a rappelé que le public a le droit  d’être bien informé et souhaité, en effet, que les journalistes web soient bien formés. Il a réitéré l’engagement de l’Ambassade à demeurer l’un des partenaires privilégiés des acteurs de la presse.

« Les États-Unis accompagnent le Repprelci parce que c’est très important que la population ivoirienne ait accès à une information crédible et correcte », a renchéri l’attaché de presse de l’ambassade américaine, Taylor Tinney qui représentait l’Ambassadeur a séminaire. Il a ajouté, qu’en tant que partenaire, les États-Unis soutiennent ce projet du Repprelci dans le cadre de la lutte contre la mésinformation, la désinformation pour des informations crédibles à travers des médias professionnels.

Prononçant la conférence inaugurale de ce séminaire sur le thème «Les défis de la labellisation des sites d’information pour lutter contre les fake news », Dr Alfred Dan Moussa, Directeur général de l’Institut des sciences et techniques de la communication (ISTC-Polytechnique), a invité les entreprises de presse numérique à manifester un intérêt particulier pour ce projet.

Aussi, les a-t-il encouragées à s’inscrire dans les normes professionnelles pour protéger les consommateurs et les mettre à l’abri de toute surprise. « La labellisation est une expérience à tenter, une expérience à réussir », a conclu Dr Alfred Dan Moussa.

Sermé Lacina, président du REPPRELCI, a indiqué que dix sites web seront sélectionnés pour la phase pilote sur plus de 130 sites d’information que compte le pays, dont 49 entreprises de presse numérique légalement constituées qui éditent 52 titres (sites).

«Je voudrais appeler tous les acteurs du secteur des médias numériques de Côte d’Ivoire à l’unité autour de ce projet afin qu’il n’y ait qu’un seul label unique et commun à tous», a lancé le président du REPPRELCI.

Évoquant les critères de choix des dix sites web, Sermé, a relevé entre autre qu’il faut être légalement constitué en entreprise de presse, avoir une ancienneté de trois ans au moins, être déclaré auprès des régulateurs de la presse ivoirienne que sont  l’Autorité nationale de la presse (ANP) pour les sites web ou auprès  de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) pour les web radio et web télé, et avoir au moins deux journalistes professionnels au sein de sa rédaction.

L’Observatoire des médias numériques de Côte d’Ivoire (OMENCI), l’organe technique d’autorégulation du Repprelci travaille depuis quelques années à professionnaliser et crédibiliser les médias numériques ivoiriens.

Engagé dans une lutte acharnée contre les fake news et les manquements au code d’éthique et de déontologie, l’OMENCI œuvre à labelliser les sites d’information pour permettre aux consommateurs de distinguer les sites web crédibles des moins crédibles. 

Les travaux qui ont réuni plus de 40 participants se sont déroulés en séance plénière avec des acteurs des médias numériques, des autorités de régulation et des institutions internationales.

Les participants sont venus notamment de l’Autorité nationale de la presse (ANP), de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), du Fonds de soutien et développement de la presse (FSDP), de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), de la Commission paritaire d’attribution de la Carte d’identité de journaliste professionnel et de professionnel de la communication (CIJP).

Kader Diaby- REPPRELCI

Acepnuci

ACEPNUCI : Germain N’DRI et les membres de son bureau ont pris officiellement service ce samedi à Bassam

Le président de l’Acepnuci, Germain N’DRI a été investi, ce samedi 24 février, à l’hôtel international de Bassam. C’était en présence du représentant du gouverneur du district d’Abidjan, du représentant du Maire de Grand- Bassam, du représentant du Président du CNP sans oublier celui de l’UNJCI.

Après La cérémonie de libation, le représentant du maire a souhaité le traditionnel Akwaba aux membres de l’Acepnuci avant de remercier les uns et les autres pour avoir choisi la ville de Grand- Bassam, classée patrimoine mondiale de l’Unesco pour abriter cette cérémonie..

Succédant au représentant du maire, le  DG  de Horest a prédit que  l’Association ira loin parce qu’elle a choisi Grand Bassam pour l’investiture de son président.

Secrétaire général de l’Acepnuci, Eugène KOICI, a indiqué que l’objectif premier est de faire la promotion de la presse numérique, d’y mettre de l’ordre et de favoriser l’entraide.

Quant au premier et nouveau président investi, il a passé en revue les actes posés avant la cérémonie de ce jour qui sont entre autres : des signatures de partenariat et des rencontres.

Germain N’DRI a promis  dans les semaines à venir, une formation  de ses membres  à l’écriture web, au traitement de l’information et une autre formation à l’éthique.

Il demande surtout aux opérateurs économiques, hommes politiques et autres, de participer à la tribune « Le Rendez-vous » créée  à leur intention pour des rencontres d’échanges. Il a rappelé que ce forum a enregistré un premier numéro avec M. Dembéllé BABILY, Président du Congrès Ivoirien pour le Développement et la Paix.

Il a enfin souhaité que les membres de son association soient des modèles et professionnels dans le métier qu’ils ont eux-mêmes choisi.

Sources : ACEPNUCI