gbagbo et simone

Analyse : Ce qui divise Laurent et Simone Gbagbo

Depuis peu, l’on a appris que l’ex- président Laurent Gbagbo et dame Simone sont en phase d’un divorce. Les raisons, l’on l’ignore. Puisque ni l’un ni l’autre n’a fait de déclaration dans ce sens. Mais à l’analyse, l’on peut évoquer des raisons datant de la période de la crise- post-électorale de 2010-2011.

On s’en souvient, en pleine crise post- électorale, une bande d’annonce au bas de nos écrans de télé, passait : ‘’ Dans quelques instant le président de la république Laurent Gbagbo fera une déclaration’’

Passé en boucle, cette annonce est restée sans suite. Et pour cause ; sous la pression de la 1ère  dame d’alors, Simone Gbagbo, la déclaration a été annulée, purement et simplement.

Selon des indiscrétions, le Président Laurent Gbagbo devait annoncer l’abandon du pouvoir au profit de son rival d’alors, Alassane Ouattara. Ce qui n’était pas du gout de la 1ère Dame et ses sbires, qui l’ont violemment menacé.

La suite des milliers de jeunes sont morts devant la résidence présidentielle. Et le plus dur pour le président Laurent Gbagbo, fut la mort de Désiré Tagro, ministre de la sécurité.

On se souvient, qu’après leur capture et leur transfert au Golf Hôtel, Laurent Gbagbo a refusé que Simone le rejoigne dans sa chambre de détention. Dès lors l’on a compris qu’un malaise existait entre ces deux dans le bunker présidentiel.

Bien d’ autres raisons peuvent justifier ce divorce entre les fondateurs du front populaire ivoirien, mais la perte de Désiré Tagro aurait été pour beaucoup.

En allant se faire baptiser à l’église catholique, l’ex- président Laurent Gbagbo rompt avec les nombreux pasteurs de Simone qui les faisaient miroiter d’une victoire certaines, pendant la crise post- électorale.

On le dit souvent ; ‘’mieux vaut être seul que mal accompagné’’. Certes, Laurent Gbagbo n’est pas seul, mais il se débarrasse d’un boulet qui l’a conduit à la Cour pénale internationale.

Kader Diaby

AG9I8963

Côte d’Ivoire: le chef de l’Etat a reçu le nouveau Président de la Commission de l’UEMOA

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, s’est entretenu, successivement, ce mardi 8 juin 2021, avec le nouveau Président de la Commission de l’UEMOA, M. Abdoulaye DIOP, et le Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers de l’Union Monétaire Ouest-Africaine (CREPMFUMOA), M. Mamadou N’DIAYE.

Les échanges avec le nouveau Président de la Commission de l’UEMOA, M. Abdoulaye DIOP, ont porté sur la situation de l’Union ainsi que les questions économiques et sécuritaires dans notre sous-région.

Le Président de la Commission de l’UEMOA a remercié le Président Alassane OUATTARA, ‘’une référence dans la sous-région et dans le monde’’, pour son soutien, et a recueilli ses conseils avisés et ses orientations pour mener à bien sa mission. M. Mamadou N’DIAYE a, en outre, salué les performances économiques et le plan de relance post-COVID-19 de la Côte d’Ivoire.

Le Président de la Commission de l’UEMOA a, par ailleurs, réaffirmé sa foi dans l’intégration économique sous-régionale.

L’entretien avec le Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers de l’UMOA, M. Mamadou N’DIAYE, en fin de mission, a été l’occasion d’évoquer les chantiers réalisés ainsi que les réformes engagées durant son mandat, notamment au titre de la gouvernance du CREPMF-UMOA et du marché financier régional.

Le Président Alassane OUATTARA, selon le Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers de l’UMOA, a accueilli avec satisfaction les avancées qui sont indéniables et qui vont permettre de repositionner le marché financier régional.

Pour terminer, le Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers de l’UMOA s’est félicité de la mobilisation exceptionnelle des ressources pour le financement des économies des pays de l’Union, au cours des trois dernières années.

Notons que le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, M. Abdourahmane CISSE, a pris part à ces entretiens.

Source : Présidence

militairefranco-ivoirien

Côte d’Ivoire : Un soldat Tué dans le nord-est

La Côte d’Ivoire est de nouveau frappée par une attaque dans le nord-est, près de la frontière du Burkina Faso, avec la mort d’un soldat ivoirien. Le chef d’état-major des armées, le général Lassina Doumbia, l’a annoncé mardi 8 juin, au lendemain de l’attaque.

Les attaques se répètent et se produisent toujours dans la même région, non loin de la frontière du Burkina Faso. C’est la troisième fois que cela arrive.

Avant l’attaque de Tougbo, deux précédentes avaient été perpétrées à Kafolo. Il y a eu Kafolo 1, en juin 2020. Bilan : 14 soldats ivoiriens tués. Puis, Kafolo 2 le 29 mars dernier.

Les assaillants ont toujours visé des bases militaires et frappent dans la même région. Pourquoi ? « Ils attaquent la zone, parce qu’elle est frontalière au Burkina Faso, pays d’où ils essaient de se projeter. C’est une zone à proximité de leur base de départ. Ensuite, nous avons le parc de la Comoé, qui est une zone intéressante pour eux, qu’ils peuvent transformer en une sorte de zone grise à partir de laquelle ils pourront se projeter vers d’autres attaques », explique l’historien Arthur Banga, expert sécurité-défense à l’université Houphouët-Boigny. La réponse doit être concertée et coordonnée, conclut-il.

Dans la petite localité de Tougbo, secouée par l’attaque de lundi, l’armée a déployé des renforts et y mène des opérations de ratissage. L’armée n’a pas communiqué de nouveau bilan, on est toujours à un soldat tué.

Source : RFI

 

Sidikite Diakite

Katiola : Le Hambol est prêt pour accueillir le chef de l’État Alassane Ouattara

Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation Sidiki Diakité, par ailleurs  président national du comité d’organisation de la 29ème visite d’État a rencontré, pour la seconde fois les populations de la région du Hambol, ce vendredi 22 Novembre 2019. L’objectif, selon lui, était de s’assurer de l’état d’avancement des travaux, mais aussi d’exhorter les populations à réserver un accueil chaleureux à son excellence Alassane Ouattara qui est attendu dans la région du Hambol où il va séjourner du mercredi 27 au samedi 30 Novembre 2019.

Accompagné dans cette seconde visite par le ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur Ally Coulibaly, et le représentant du ministre de l’économie et des finances Aly Kader, le ministre Sidiki Diakité a visité les villes de Dabakala, Niakara et Katiola pour échanger avec les élus et cadres et faire l’état des réalisations des projets.

« Au regard de tous les travaux que  nous avons pu visiter et inspecter dans le cadre de cette visite, nous sommes fiers.  Les observations ont été faites aux maires, aux cadres et aux élus de la région. Nous avons encore quelques jours pour achever ce qui n’est pas encore achevé. Néanmoins nous voulons vous féliciter pour tout ce qui est déjà fait depuis notre premier passage jusqu’à aujourd’hui. Je puis me rassurer et rassurer le président que tout est fin prêt pour le recevoir. Nous repartons très satisfait. » a dit le ministre Sidiki Diakité.

Le stade Ouattara Thomas Dakin, lieu devant abriter le meeting final est entièrement réhabilité. Selon les organisateurs, 150 milles personnes y sont attendues. A ce niveau, Sidiki Diakité a demandé aux cadres et élus de redoubler d’effort pour atteindre  ce chiffre. 

« Le corps préfectoral, les sénateurs, les députés, le conseil régional, les maires désormais la balle est dans votre camp. Nous voudrions qu’à toutes les étapes, les sites soient noirs de monde. Il faudrait qu’il ait plus de personnes debout que assises, et il faut que ce soit haut en couleur. Ne laissez personne dans les villages, ce jour-là » a insisté Sidiki Diakité.

Selon lui, les visites d’Etat permettent aux régions de bénéficier des réalisations d’électrification, des châteaux d’eau, des réhabilitations des centres de santé, des écoles et des voiries.

Cette visite d’Etat dans le Hambol s’élève à plus de 488 millions de Fcfa. Le gouvernement y participe à hauteur de 127 millions de Fcfa. Le reliquat est du devoir des cadres et élus de la région.

Le ministre de l’intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur Ally Coulibaly, fils originaire de Dabakala ainsi que les autres cadres et élus  n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction quant à la visite du chef de l’État dans leur région.

Le prochain conseil des ministres, prévu pour ce mercredi 27 Novembre 2019, se tiendra sur le sol des Tagbanas et Mangoros.

Sylvain Faithè

lt de Soro a man

Tonkpi: présidentielles 2020/Les lieutenants de Soro investissent le terrain

Les lieutenants de Guillaume Soro dans le Tonkpi préparent activement les présidentielles de 2020. C’est le sens de la tournée entrepris depuis début août par Gba Bakary membre du comité politique chargé de la région du Tonkpi. Durant 03 jours, Gba Bakary a sillonné les départements de Danané, Biankouma et Man.

Au cours de ces tournées le représentant de GKS s’est entretenu avec les responsables locaux et régionaux du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), les responsables des partis membres de l’opposition (PDCI, FPI). Au menu de ces différentes rencontres la remobilisation des troupes pour les échéances de 2020.

« 2020 est proche. Il nous faut prendre le taureau par les cornes. Depuis ma récente nomination au conseil politique en charge de la région du Tonkpi. J’ai décidé de rencontrer toutes les forces vives de l’opposition et les forces vives proches du président Soro pour qu’on conjugue nos efforts pour les batailles futures. Je suis venu dire que nous sommes prêts pour le combat et nous devons aller jusqu’au bout »  introduit Gba Bakary.

Tout en demandant aux militants et sympathisants de GKS d’être sereins, le premier responsable du parti de Soro dans le Tonkpi leur a demandé de prêcher la cohésion sociale et le vivre ensemble, vœux cher de leur mentor.  « Le président Soro sera bientôt dans nos murs. Mais avant il nous demande d’être son porte-voix auprès des populations. Il nous demande d’être sereins. Il veut que nous prônions l’union et le vivre ensemble. Aux frères de l’opposition, il se dit prêt pour être avec eux jusqu’aux échéances à venir » a-t-il dit.

Il a félicité les partis de l’opposition pour leur engagement à faire barrage au Rhdp. Il les a appelés à l’union sacrée, union qui pourra consolider leur force pour être au rendez-vous de 2020. « Nous sommes dans une plateforme de l’opposition et cette plateforme doit être renforcée tous les jours. Chacun doit jouer son rôle. Nous, soroistes, avons un rôle prépondérant aussi. Il nous faut tous investir le terrain pour vendre les ambitions du président Soro » insiste-il.

Terminant, il a annoncé que le président Guillaume Kigbafori sera très bientôt dans le Tonkpi pour être en phase avec ces parents.  « Bientôt le président Sorro sera dans nos murs. Je vous exhorte à vous tenir prêts pour le recevoir. Nous devons lui démontrer qu’il est fils de l’ouest et que nous l’avons toujours porté en cœur  » conclu-t-il.

Massa Souleymane

mme Bedie et dominique

Bouaké : JIF 2019/ Madame Henriette Bédié aux côtés de Dominique Ouattara

A l’instar des autres pays du monde, la Côte d’Ivoire a célébré la journée internationale de la femme dans la capitale de Gbêkê, Bouaké (ville située au centre du pays). De façon spectaculaire et en l’absence  de tout entendement, cette cérémonie placée sous parrainage de la première dame Dominique Ouattara a enregistré la présence remarquable de la femme du président du parti septuagénaire PDCI-RDA dirigé par Henri Konan Bedié.

La présence d’Henriette Bédié, malgré tout le remue-ménage politique entre les deux hommes laisse plusieurs interrogations.

La preuve, pas plus tard que le 06 mars dernier à Yamoussoukro lors de sa rencontre avec les chefs nananfouè et Akouè, Henri Konan Bédié avait appelé à huer les émissaires d’Alassane Ouattara.

Bien vrai que les deux hommes ne sont plus en parfaite harmonie, les épouses main dans la main, ont participé a la journée internationale de la femme, dans la joie, à Bouaké. Est-ce un signal pour dire aux époux de revenir à de meilleurs sentiments ? En tout cas, le message laissé par les deux dames laisse penser à une description du paysage politique ivoirien actuel.

Le président Aimé Henri Konan Bédié a qualifié, récemment, le déjeuner en novembre dernier, entre les deux dames,  de “rencontre banale” sur les Champs-Elysées.

Des populations restent convaincues que cette image présentée au cours de cette cérémonie parviendra à amener les deux hommes politiques à la paix. 

Sylvain Faithè

groupe super

Boguiné : Cohésion sociale/Les femmes du groupe ‘’Super’’ célèbrent le vivre ensemble

Le Doyen adjoint des cadres de Boguiné (16 kms au Sud de Man), ne croyait pas si bien dire en souhaitant la traditionnelle bienvenue à la Côte d’Ivoire réunie  dans cette sous-préfecture cosmopolite, ce samedi 23 février 2019, sur le parvis de la place Alassane Ouattara. En effet, la cérémonie officielle de sortie des 1700 femmes du groupe ‘’Super’’ a été célébrée avec faste.

Le Commandant Maurice  Donatien N’Zi, Sous-préfet de la localité, représentant le Président Alassane Ouattara, M. Tiémoko Chérif, son épouse Mme Maba Koné Chérif,  marraine de la cérémonie et El Hadj Zoumana Touré et son épouse, respectivement Directeur des marchés et Directeur du domaine et du patrimoine au Port autonome d’Abidjan ont donné un éclat tout particulier à cette importante cérémonie.

Une centaine de femmes du groupe ‘’Masha Allah’’ venue d’Abidjan a entonné l’hymne de l’union vraie.

La  série de allocutions a été ouverte, bien entendu, par le Président du comité d’organisation Lanciné  Bakayoko qui a eu les mots justes pour planté le décor et souhaiter la bienvenue aux nombreux convives.

Un Intermède musical assuré par une danse guerrière venue de la région du Bafing lui a emboité le pas de fort belle manière. Particularité : le danseur principal tente de se trancher la gorge à l’aide d’une machette aiguisée sans toutefois y parvenir. Vous avez dit mystères de l’Afrique ?

A sa suite, le jeune et dynamique  Sous-Préfet appelé affectueusement ici ‘’Peace maker’’ commence son speech en  louant avec force arguments l’initiative des femmes du groupe ‘’Super’’ non sans engager la population de Boguiné d’une part, et les ivoiriens d’autre part, à prendre le train de la cohésion sociale,  et du vivre ensemble à l’union, la fraternité, la solidarité et la paix en marche.

Le Commandant N’Zi a exhorté les femmes à prendre attache avec ses services au cas où elles auraient besoin d’un acte administratif aux fins de bénéficier de l’aide des institutions internationales ou de celle de la première Dame Dominique Ouattara.

L’acquisition de chaises et bâches fut la principale doléance de Mme Karidiatou Bamba, porte-parole du groupe ‘’super’’ après un déférent hommage rendu à M. Tiémoko Chérif et sa généreuse épouse de marraine.

Tiémoko Chérif a clos les allocutions par un hommage au Commandant N’Zi eu égard à ses nombreuses actions de paix, de rapprochement des communautés vivant à Boguiné.

Poursuivant sur sa lancée, l’époux de la marraine a salué l’altruisme de son ainé et collègue El Hadj Zoumana Touré, Directeur du domaine et du patrimoine du Port autonome d’Abidjan et sa charmante épouse.

Enfin, le Directeur des marchés du Port autonome de la capitale économique a magnifié l’œuvre des femmes du groupe ‘’Super’’ de Boguiné qui a réussi à fondre dans le même moule plus d’un millier de femmes d’origines et de cultures diverses.

Notons que le couple Chérif a fait encore parler son cœur en offrant la somme de 3 millions de francs Cfa au comité d’organisation.

Bien avant, les femmes baoulé et yacouba ont offert des présents aux officiels. Bœufs, sacs de riz, 3 tonnes d’ignames et plusieurs fûts d’huile rouge notamment.

Yolande de Sépénédio, Envoyée spéciale

Yolande.sepenedio@gmail.com

T SEKOU

Man : L’Honorable Toure Sékou explique l’actualité sociopolitique aux femmes

L’honorable Touré Sékou a entretenu les femmes de Man sur l’actualité sociopolitique ce mardi 19 Février à son domicile. Le députe de Man commune, Toure Sékou s’est dit engagé pour la paix et la cohésion sociale.

Selon lui, rien ne peut réussir dans la division. « C’est cette volonté d’union qui explique que les ministres Mabri, Konaté et moi- même sommes ensemble dans le conseil régional. Nous sommes autour de ces deux personnalités pour contribuer au développement de la région du Tonkpi. C’est le souhait du président, Alassane Ouattara et c’est l’objectif du RHDP, qui veut l’union de la Côte d’Ivoire. Vous nos mamans, deviez bénir et encourager cette union » a indiqué Touré Sékou.

Concernant le départ de Soro Guillaume de la tête du parlement, l’honorable Touré Sékou dira que cela se situe dans l’ordre normal des choses : « Partout dans le monde, le parlement est dirigé par la majorité. Et comme Soro n’est pas RHDP, il a cédé la place. Mais le président de la République dit que Soro est son fils. Il n’y a donc pas de palabre entre les deux » a t-il expliqué. Aussi va-t-il plus loin pour dire que Alassane Ouattara est le seul leader autour de qui, ils sont tous rassemblés.  

Il a, pour terminer, invité les femmes à continuer à croire au président de la République qui poursuit son œuvre de développement de la Cote d’Ivoire.

Massa Souleymane

Bouaké: Bema Fofana aux militants Rhdp : « Si Soro (Guillaume) vous appelle à une réunion, ne partez pas ! »


Le groupe parlementaire du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) a initié une caravane de sensibilisation et d’information pour expliquer aux populations le départ du président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro. A Bouaké, le groupe parlementaire avec à sa tête le député-maire Bema Fofana et madame le député Diomandé Mondeny. Ceux- ci, ont expliqué aux différents chefs coutumiers, chefs de communautés et aux associations de jeunesses que le départ de Soro était une ‘’décision personnelle’’.

Pour l’honorable Diomandé Mondeny, Soro était élu pour parler au nom des députés ‘’Rhdp’’ au niveau de l’hémicycle. Cependant, depuis un certain temps celui-ci ne se reconnaît plus dans les activités dudit parti. C’est dans cette perspective selon elle, que le président du parti “le chef de l’Etat” s’est entretenu avec lui pour savoir ce qui n’allait pas.

« Soro a dit au président qu’il ne partage plus la même vision que lui. Alassane a alors demandé qu’il cède la place à une autre personne qui partageait son idéologie. La démission de Soro est un principe légitime d’ailleurs. » a-t-elle déclaré.

L’honorable inscrit en faut les langues de bois qui traitent le président Alassane “d’ingrat”. « Alassane n’a jamais été ingrat et il ne le sera jamais. Lorsqu’un père te donne tout pour être ce qui tu es aujourd’hui et qu’un bon matin tu décides de le quitter parce que tu convoites sa place, dites-moi qui des deux est ingrat ? » a interrogé Mme Diomandé Mondeny.

L’honorable Bema Fofana a dans son adresse interdit les militants RHDP à prendre part aux activités de l’ex-président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro et de tous ceux qui se retrouvent dans l’opposition. Pour le député-maire de Bouaké, depuis le 28 février, Soro est dans l’opposition pour convoiter le fauteuil présidentiel.

« La raison de sa démission est qu’il veut être président en 2020. Mais nous, membres du RHDP, allons-nous battre pour garder le pouvoir. Nous sommes en campagne pour 2020. Chers militants si Soro vous appelle à une réunion ne partez pas ! Cela est valable pour tous ceux qui sont dans l’opposition. » a déclaré Bema Fofana.

Selon lui, le ” départ de Soro n’affecte en rien les activités ou la marche du RHDP” sa démission est ‘’nulle et sans effet sur le parti’’.

Pour l’heure, l’intérim de l’assemblée nationale est assuré par le doyen Diawara Mamadou. C’est à partir du 05 Mars que la Côte d’Ivoire connaîtra un nouveau président à la tête de l’hémicycle.

Le deuxième point de cette rencontre était de faire le bilan des actions prévues par les autorités dudit parti pour la ville de Bouaké. « Les retombées du RHDP sont énormes » a dit Bema Fofana.

« Nous avons entre autres  l’intégration de plus de 10 000 jeunes dans l’armée, plusieurs jeunes dans l’enseignement, le grand marché sortira de terre à partir de juin 2019, avec plus de 7000 places, il va générer plus de 1000 emplois. Avec l’aide du ministre des transports, plus de 15 km de routes seront bitumées dans la ville à partir du mois de Mars. Un autre état civil moderne verra le jour et le palais du carnaval d’ici 2020 sera reconstruit » a-t-il dit.

Les députés ont invité les populations à opter pour le RHDP gage d’une vraie paix et du développement assuré.

Sylvain Faithè


DG Oni

Cote d’Ivoire : Nouveau processus d’identification/Le DG de l’Oni rassure

Le directeur général de l’office national d’identification a rassuré les ivoiriens sur le processus de renouvellement des cartes nationales d’identité qui expirent en 2019. Ce processus concerne des millions d’ivoiriens qui en 2009 ont bénéficié des cartes d’identité dans le cadre du processus de sortie de crise.

« Je voudrais rassurer les ivoiriens, tous ceux dont les cartes arrivent à expiration. Le gouvernement a mis en mission toute une équipe y compris l’Office National d’Identification. Nous sommes en train de travailler pour que nous soyons au rendez-vous de la production du renouvellement de l’ensemble des titres d’identité, avec un nouveau format, une sécurité plus renforcée, une nouvelle technologie. Et ce nouveau système est en cours de préparation », a d’emblée précisé le Préfet El Hadj Diakalidia Konaté, le directeur général de la faîtière de l’identification : l’Office national d’identification (Oni).

Et M. Konaté d’expliquer que le renouvellement est partiel. Ensuite, il a tenu à exemplifier non sans expliquer que : « Parce que la donnée biométrique ne change pas, toutes les informations complémentaires qui ont changé, c’est celles-là qui feront l’objet de modifications. Singulièrement, l’adresse, la profession et la photo, sinon toutes les autres informations sont déjà gravées dans la puce qui est dans votre carte d’identité et qui ne change pas. Donc il n’y a pas péril en la demeure. Je pense que les choses vont bien se passer», a apaisé l’ancien Directeur général adjoint de l’Administration du territoire.

Au total, s’il est impérieux pour les requérants d’épouser la nouvelle donne technologique, il n’en demeure pas moins exact de souligner que la validité des cartes d’identité court jusqu’en septembre 2019.

Yolande de Sepenedio avec RTI 1

Yolande.sepenedio@gmail.com