IMG-20211114-WA0013

Katiola : L’écrivain Camara Nangala distingué


Le 10 novembre 2021, L’ écrivain Camara Nangala fêtait 66 ans d’existence sur terre , dont 40 années consacré à la production littéraire. La célébration de son anniversaire s’est tenue conjointement avec l’organisation d’un colloque international sur l’écriture de ses 32 titres littéraires.

” J’étais très souffrant. Beaucoup croyait que je ne verrais pas ce jour. Je suis encore convalescent. Mais toute ma prière était de voir ce grand jour où les siens m’honoraient en organisant mon anniversaire et aussi un colloque international en mon honneur. Je résiste face à la mort. Cependant, si elle tient toujours à moi, je peux me mettre à sa disposition après ce colloque. Mon âme ne serait pas en paix si ce colloque se serait tenu à mon absence. J’allais m’en vouloir de n’avoir pas fait le plus important pour l’humanité”. C’est sur cette déclaration que le prolifique Camara Nangala s’est réjouit de la tenue d’un colloque international, organisé par une équipe composée d’éditeurs, et d’enseignants d’universités.

L’objectif de ce colloque vise à rendre publique plusieurs travaux de recherche pour faciliter le travail des hommes de médias, des artistes, des enseignants, des chercheurs et tous les amoureux de la littérature. Reconnaître les efforts intellectuels de l’auteur de son vivant afin de l’immortaliser en est une autre raison.

Ce qui lui a valu une médaille au nom de la République de Côte d’Ivoire, décerné par la Grande Chancellerie pour service rendu à la nation avec la production de 32 œuvres littéraires en 40 ans. Cette médaille et le tableau d’honneur lui ont été portés par le préfet du département de Katiola, ( région du Hambol), le préfet Kaloubi Clément. Et ce, en présence de sa famille biologique ainsi que plusieurs autorités du système éducatif.

Plusieurs œuvres de l’auteur sont au programme scolaire depuis de nombreuses années.

Partenaire du programme littéraire ” Club presse Imagedafrique Communication” des concours d’orthographes et de dictée seront organisés lors de la troisième édition des festivités dudit programme prévues fin Mai 2022 à en croire M. Tuo Tchang, Promoteur du Club presse. “

”Immortaliser Nangala de son vivant dans le programme des activités et festivités Club-presse fera partie des innovations cette année. Il est l’un des meilleurs partenaires de ce programme. Il est aussi un bon écrivain que les lecteurs aiment lire. Ils rêvent tous de le toucher ou faire des photos avec lui.

Il est donc important pour nous de le valoriser comme le projet l’indique. Valoriser les hommes de lettres afin de renouer avec la lecture. C’est cela le Club-presse” Conclu M. Tuo Tchang.

Plusieurs œuvres, surtout le dernier titre ( le Temps) ont été dédicacés.

Source: Imagedafrique.net

Serges Kolea rti

Ebony 2019 : Serge Koléa remporte le prix du meilleur journaliste de Côte d’Ivoire

Serge Koléa, journaliste à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI 1) a été désigné dans la nuit de samedi à dimanche à Yamoussoukro, la capitale politique et administrative ivoirienne, meilleur journaliste de la Côte d’Ivoire ou « Super Ebony» lors de la 21è nuit de la communication en présence de plusieurs ministres et de plus de 300 journalistes.

Le super Ebony 2019 a remporté également le prix spécial Jean-Pierre Ayié de la meilleure interview, le prix spécial pour la promotion des droits de l’homme et le prix Ebony de la catégorie télévision. M. Koléa repart ainsi avec diverses récompenses dont un véhicule et plusieurs terrains viabilisés.

Les prix spéciaux de la meilleure enquête et du meilleur reportage ont été respectivement remportés par Amy Sissoko de RTI1 et Soro Sita de Radio Côte d’Ivoire. Quant aux prix Ebony des catégories Radio et presse écrite, ils ont été raflés respectivement par Soro Sita de Radio Côte d’Ivoire et  Kouamé Yao Francis de Fraternité Matin.

« La presse ivoirienne est dans un état comateux. Nous sommes devenus tous autant que nous sommes des chômeurs en sursis… La presse en Côte d’Ivoire est à la croisée des chemins », a estimé dans un discours Jean-Claude Coulibaly, le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI).

Selon M. Coulibaly qui a égrené les difficultés de la presse ivoirienne, « un changement de paradigme s’impose». C’est pourquoi, il a fait le plaidoyer auprès de l’exécutif ivoirien afin qu’il octroie 0,001% du budget de l’État de Côte d’Ivoire, soit environ 8 milliards FCFA au secteur de la presse.

« Nous sommes conscients que l’État de Côte d’Ivoire a déjà fait beaucoup pour la presse. Nous demandons que l’État fasse encore des efforts supplémentaires », a plaidé M. Coulibaly. « Soyez-en rassurés, vous ne serez pas seuls à faire face aux défis de votre secteur », a promis en retour Sidi Tiémoko Touré, le ministre ivoirien de la communication et des médias.

En 2018, le super prix Ebony qui est la distinction la plus prestigieuse des acteurs de la communication en Côte d’Ivoire, a été remporté par le journaliste Traoré Tié Médandje qui était au quotidien « L’Inter» au moment de sa désignation.

Institué en 1998, le prix Ebony du nom du célèbre journaliste ivoirien Noël X. Ebony, organisé par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) récompense chaque année, les meilleurs journalistes ivoiriens.

Les lauréats des prix sectoriels

1-Prix spécial Jérôme Diégou Bailly de la meilleure enquête : Amy Sissoko ( RTI1)

2-Prix spécial Jean-Pierre Ayié de la meilleure interview : Serge Koléa ( RTI1)

3- Prix spécial Joseph Diomandé du meilleur reportage: Soro Sita ( Radio Côte d’Ivoire)

4- Prix Zadi Zaourou de la meilleure production culturelle : Tiémoko Diarra ( Soir Info)

5- Prix spécial de la lutte contre le travail des enfants : Gooré Eric ( RTI1)

6- Prix Nady Rayess du meilleur journaliste en économie: Ahua Kouakou (Générations Nouvelles)

7- Prix spécial du meilleur journaliste en Agro-Industrie: Amy Sissoko (RTI1)

8-Prix du meilleur présentateur du journal télévisé: Hamza Diaby (RTI1)

9- Prix du meilleur journaliste d’agence de presse en ligne: Traoré Mamadou (AIP)

10- Prix spécial pour la promotion des droits de l’homme : Serge Koléa (RTI1)

11- Prix spécial de la  meilleure production sportive: Rokia Sylla (Générations Nouvelles)

12- Prix spécial du meilleur journaliste de la lutte contre l’immigration clandestine: Adama Bakayoko (Radio Côte d’Ivoire)

13- Prix spécial pour la promotion des transports: Kouamé Yao Francis (Fraternité Matin)

Apa

Côte d’Ivoire: Un nouveau média en ligne pour interpeller les Africains

«L’Afrique peut changer. L’Afrique doit changer. L’Afrique a du talent. L’Afrique a des ressources. L’Afrique a des valeurs. Il y’a tout pour que ce continent devienne une terre de rêve et d’accueil. Il faut que l’Afrique brille. L’Afrique ce n’est pas la guerre. L’Afrique ce n’est pas la famine. L’Afrique ce n’est pas la xénophobie. L’Afrique ce n’est pas les souffrances». Cette déclaration est de M. Tuo Tchang, Directeur Général du site d’actualité africaine et d’informations générales. Il les a tenus, le samedi 14 septembre 2019, à Bouaké au centre de la Côte d’ivoire en présence des hommes de médias et des autorités de la ville.

L’objectif, vise non seulement à présenter aux uns et autres  le nouveau bébé de la presse www.imagedafrique.net.  Mais aussi de rappeler aux Africains dans leur ensemble que chacun doit s’approprier d’abord le développement de ce continent avant l’aide de qui que ce soit. D’où le slogan “contribuons  pour une Afrique meilleure”.

En effet ce message d’interpellation invite chaque Africain à prendre  conscience des réalités de son environnement. Et de donner le minimum ou le meilleur de lui-même afin de se sentir acteur du renouveau de ce continent.

Loin de faire l’apologie des politiques, ce nouveau média priorisera tous les sujets de société, de santé, d’éducation, d’économie et toutes autres informations relatives au quotidien des populations.

” Notre objectif c’est que les populations améliorent leurs réflexions et qu’elles croient en l’avenir de notre Afrique. Si chacun y met de la volonté en renouant avec les  valeurs qu’on retrouve dans les  coutumes africaines, on pourra lutter contre la famine, lutter contre les crises xénophobes et éliminer également certaines maladies dites incurables. Le tout dans le simple but de rehausser l’image de l’Afrique qui perd ses valeurs au fil du temps” a indiqué  le patron du média ‘’imagedafrique’’.

Présent à cette cérémonie, le doyen El Hadj Youssouf Sylla,  journaliste à la retraite,  a saisi l’occasion pour prodiguer quelques conseils à l’ensemble des hommes de média et singulièrement à l’initiateur de ce nouveau média. ”  Je voudrais vous inviter tous, à être humble et modeste dans votre travail. L’humilité aussi grandi. Si vous voulez qu’on vous connaisse mettez du sérieux dans ce que vous faites. Allez vers l’information,  n’attendez pas que l’information vienne vers vous, vérifiez les sources de l’information que vous recevez. Ayez au moins deux ou trois sources d’informations parce que celui qui t’informe peut par ailleurs te manipuler. Apprenez aussi à respecter les autres professions. Exercez votre métier dans le respect de l’art et de l’éthique journalistique. Je souhaite à Tuo Tchang et à ce nouveau “bébé” la crédibilité et l’honnêteté “.

Cette cérémonie de présentation a été l’occasion pour certaines structures de tisser des partenariats avec ce site d’information en ligne. La  Fédération Nationale des photographes de Côte d’Ivoire, la Coopérative avec conseil d’administration du vivrier et du Cajou  (Coopcavica), le haut conseil des transporteurs et le club des étudiants entrepreneurs de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké étaient egalement de la partie.

Dame Gnably né Konan N’da Virginie chef de division, représentant le préfet de région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké a exprimé la reconnaissance du préfet de région Tuo Fozié à l’initiateur du site. ‘’Le préfet de région encourage ces initiatives venant surtout des jeunes. La présentation de cette structure est la bienvenue.  Parce que lorsqu’une information est mal traitée c’est le préfet qui est visé. Je souhaite que vous filtrés vos informations. Il me charge de vous dire qu’il est disposé à vous accompagner pour la réalisation effective de ce projet salvateur’’ a dit dame Gnably.

Sercom: imagedafrique.net

festival de bouafle

Bouaflé: Le Festival de conte “Ahoko Kouah’in N’Gwa Gwa” a refermé ses portes

La 6ème édition du festival de conte dénommé «Ahoko Kouah’in N’Gwa Gwa » organisé par la Mutuelle de Développement de Krigambo a refermé ces portes le week-end dernier. Ce festival de contes, lancé le 14 décembre 2013, est entré, le week-end dernier, dans sa 6ème phase effective à Kringambo, bourgade située à 18km de Bouaflé sur l’axe qui mène à Zuénoula, dans la région de la Marahoue. 

L’objectif premier de cet festival est de maintenir l’idée de toujours aimer les contes, et de garder en mémoire «les dépositaires de contes» dont Ahoko Kouah’in Gilbert, grand conteur en son temps et décédé le 10 février 2012, qui ne sachant pas lire, faisait de son mieux pour que le conte soit un art praticable par tous.

Ce festival qui a réunis plusieurs célèbres conteurs de la région, s’est articulé autour de trois axes. A savoir, une « veillée de contes traditionnels », dits par les villageois, chacun dans sa langue maternelle. Ensuite des prestations, où chaque conteur et son équipe viennent exprimer leur talent et leur savoir-faire en matière de contes. Et enfin, une note est donné à « une exposition d’anciens objets d’art des groupes ethniques participants ». 

Pour les organisateurs, il s’agit de susciter un regain d’intérêt pour le conte traditionnel africain. Ils souhaitent créer une plate-forme de promotion et d’expression libre du conte traditionnel africain et encourager une plus grande pratique des langues maternelles ivoiriennes, par le recueil, la transcription, la tradition et la publication des contes africains.

Cette 6ème édition, a vu la participation du  groupe artistique ‘’Zomassa’’  de Daloa,  des célèbres conteurs Alexis Djisso de l’émission ‘’Mensonges du soir’’ de Zou Michel, de Frotomougou des Tous-Petits.

Ce festival a refermé ses portes par la dédicace du recueil de contes écrit par l’initiateur, Koffi Koffi Didier, intitulé « les contes d’Ahoko Kouah’in : La jeune fille, le génie et le cheval».

Sylvain Faithè

Man: 2ème édition du ‘’Tonkpi Nihidaley festival’’/Le premier ministre annonce de nombreux projets

La deuxième édition du festival des arts et de la culture Dan, dénommé ‘’Nihidaley’’  (l’apaisement de l’âme en langue yacouba) a connu sa vitesse de croisière le samedi 08 décembre dernier. Le premier ministre, ministre du budget et du portefeuille de l’Etat, Amadou Gon, parrain de cette deuxième édition, qui était très attendu, en a profité pour annoncer des grands chantiers dans la région.

Le chef du gouvernement a salué le ‘’Nihidaley’’  qui a l’en croire, vient promouvoir la culture et le ‘’vivre ensemble’’ entre les différents peuples. Le festival ‘’Nihidaley’’  constitue un moment fort de la vie sociale et économique du peuple Dan. « Je loue cette initiative qui veut faire du Tonkpi un grand pôle de développement économique. Elle favorise le développement d’une économie locale, la création de plusieurs infrastructures sociales et économiques et valorise le patrimoine culturel, historique et touristique local » a confié le premier ministre qui avait à ces côtés les ministres Mariatou Koné, Jean Claude Kouassi, Albert Mabri Toikeusse et le grand médiateur de la République, Adama Tounkara.

Poursuivant, le premier ministre a annoncé que plusieurs grands projets sont en cours dans la Région du Tonkpi notamment au niveau de l’électricité, l’adduction en eau potable, la construction d’infrastructures sanitaires et universitaires. «  Le gouvernement poursuivra sa dynamique de développement engagé dans le Tonkpi dont les fruits sont perceptibles dans la région. L’électricité: des investissements de plus de 68 milliards, dont l’électrification et l’extension du réseau électrique ; 15 mini adduction d’eau 500 forages en Cours de réalisation. Dans le secteur de l’éducation, l’université de Man qui est fonctionnelle, aura bientôt son laboratoire universitaire, la future tranche de l’université fait l’objet de négociation. Dans le domaine de la santé, la période 2019-2020, verra la pose de la première pierre du nouveau centre hospitalier régional de Man avec une unité d’hémodialyse d’un coût de 30 milliard fcfa ainsi que la construction d’un hôpital général à Danané » a annoncé le premier ministre.

Pour ce qui est de la voirie de Man, préoccupation majeure des manois, le premier ministre a rassuré les populations sur le règlement définitif de ce problème courant 2019.

Concernant les  récents affrontements à Zouan-Hounien et Danané, le premier ministre a exhorté les populations du Tonkpi à bannir la violence et à promouvoir la paix et la cohésion sociale. Ce qui garantirait le développement.

Avant lui, ce sont les ministres Mabri, président du Conseil régional du Tonpki et Jean Claude Kouassi  porte-parole du peuple Baoulé (ethnie invitée pour cette 2eme édition) ont tous salué le premier ministre pour toutes les actions accomplies et ce qui sera bientôt fait.

Notons que le festival ‘’Nihidaley’’ a démarré depuis le 1er décembre par un cross populaire. C’est un festival de promotion et de valorisation de la culture Dan.

Au menu, il y avait des danses, chants, concours gastronomiques, concours de la beauté (singa), jeux patrimoniaux. L’innovation cette année, c’est que les femmes et les enfants ont eu une place de choix dans les activités du festival. Le pays invité de cette édition est la Chine.

Massa Souleymane

MONDOUKOU 1 (2)_edited

Côte d’Ivoire : Plus de 1,5 millions de touristes enregistrés en 2018

Instituée en 1980, la journée mondiale du tourisme a été célébrée le jeudi 27 septembre. Et a été consacrée à la transformation du numérique et à l’innovation. En Côte d’Ivoire, cette célébration a été marquée par la propreté des plages.

« Un tourisme qui s’appuie sur l’innovation et sur les progrès numériques aura plus de possibilités d’améliorer l’exclusivité, l’autonomisation des populations locales et l’utilisation rationnelle des ressources, entre autres objectifs resitués dans le contexte plus large du processus de développement durable » a déclaré Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’OMT.

Selon le baromètre du tourisme, le monde entier enregistre 1,323 milliards de touristes et a généré un chiffre d’affaire de 1400 milliards de dollars au cours de l’année 2018.

La Côte d’Ivoire a, selon Seke Essoh François, directeur régional de l’office de la promotion du tourisme, accueilli au cours de cette année 1,5 millions touristes. Ce qui a permis au tourisme d’engranger la bagatelle de 447 milliards de FCFA, une nette amélioration de 7% comparativement aux années antérieures.

L’objectif du cadre choisi pour la célébration de cette journée est surtout de sensibiliser les populations et acteurs de la salubrité sur la nécessité de garder les plages ivoiriennes propres. Car elles attirent plus de touristes.

Du matériel de nettoyage des plages a été remis au comité local.

Mondoukou, coquette localité située à environ 5 Km au sud de Grand-Bassam a été choisie pour la célébration de la 38ème édition.

Une opération ‘‘plage propre’’ a été organisée ce samedi 29 septembre par l’association pour la promotion du tourisme en Côte d’Ivoire (APTCI), en collaboration avec Horest.

La journée mondiale du tourisme vise à sensibiliser la communauté internationale sur  l’importance du tourisme et à sa valeur du point de vue social, culturel, politique et économique. C’est aussi le lieu d’évoquer les défis mondiaux contenus dans les objectifs du millénaire pour le développement énoncés par les Nations-Unies et de souligner la contribution que peut apporter le tourisme à la réalisation de ces objectifs.

Bosco de Paré

mini-varietocope bke 2018

Bouaké : Art et culture/Le rideau est tombé sur la 3e édition des activités de vacances ‘’BAKAN YOLIE’’

Depuis maintenant trois ans, la directrice des services sociaux-culturels et de la promotion humaine de la mairie de Bouaké, a initié des activités de vacances de mini-variétoscope dénommée « BAKAN YOLIE ». Cette troisième édition a refermé ces portes le samedi 1 Septembre 2018, au palais du carnaval de Bouaké, en présence de plusieurs autorités de la ville. L’objectif de cette activité de vacances est de permettre aux enfants de la région de pouvoir s’occuper sainement en vue de ne pas s’adonner aux vices.

« Cette activité qui est à sa troisième édition est d’occuper sainement les enfants pendants les vacances et aussi de les éduquer » a précisé Mme Diallo Massira, directrice des services sociaux-culturels et de la promotion humaine de la mairie de Bouaké.

’La valorisation du patrimoine culturel, régional, moteur d’un développement durable’’ tel est le thème de cette année. A travers ce thème, Mme Diallo, veut faire connaitre aux enfants le patrimoine culturel de la région de Gbêkê.

Des groupes d’enfants venus des quartiers Nimbo, Air-France, Kouassiblekro et Ahougnansou ont compéti  dans plusieurs disciplines ; conte et légendes, danse traditionnelle, culture générale etc.

Le vice-président communal des jeunes de Bouaké, Silué Bakary Tello a traduit toute sa reconnaissance à Mme Diallo Massira pour cette initiative.

« Vous savez pendant les vacances, quand les jeunes ne sont pas occupés, ils peuvent s’adonner à plusieurs vices tels que la consommation de la drogue, le banditisme, l’alcool, le vol etc. Et nous entant que premier responsable des jeunes, nous ne pouvons pas rester en marge de cette activité. Nous sommes venus au nom du président communal des jeunes  apporter notre soutien à notre sœur pour cette belle initiative » a indiqué le vice-président communal des jeunes de Bouaké.

Ces enfants ont été récompensés par des Kits scolaires et par des bons d’achats de fourniture. Rendez-vous est donc pris  pour la 4e édition.

Sylvain Faithè

DJ Arafat

Abidjan : DJ Arafat condamné à 1 an de prison ferme

L’artiste ivoirien DJ Arafat a été condamné, ce vendredi, à 1 an de prison ferme et d’une amende de 20 millions F Cfa. C’est une décision du tribunal d’Abidjan Plateau, dans l’affaire opposant l’artiste au père d’un de ses danseurs, qu’il a battu.

Le tribunal d’Abidjan Plateau a rendu son verdict dans l’affaire opposant Dj Arafat au père de son danseur qu’il a tabassé chez lui, le montrant en direct sur les réseaux sociaux.

Le tribunal a condamné l’artiste à 1 an de prison ferme et a une amande de 20 millions de f fca. DJ Arafat étant hors du pays, un mandat d’arrêt avec ‘’effet immédiat’’ a été lancé contre lui.

Cette condamnation a été saluée par la partie plaignante qui s’est réjouie de ce que justice ait été faite.

Hervé Naï, le père du danseur, s’est réjoui de cette décision, parce que justice a été rendu, même s’il affirme qu’il ne voulait pas que l’artiste aille en prison.

Dj Arafat a bastonné et déshabillé un de ses danseur qui vivant chez lui. Il l’accusait d’avoir pris de la drogue. Au moment de la bastonnade, la scène a été filmée en directe sur les réseaux sociaux. Le père du jeune homme a alors porté plainte contre Dj Arafat, pour coups et blessures suivis de l’humiliation de son fils.

Dj Arafat étant hors de la Cote d’Ivoire, l’on attend de voir s’il sera vraiment arrêté et conduit en prison.

Brigitte Angoua (sources : Life Mag)

TM-Unjci

Presse ivoirienne : UNJCI/Traoré Moussa fait son bilan

La cérémonie a débuté par le passage des différentes associations professionnelles de la presse qui se sont succédé à la tribune pour exprimer leur soutien à l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI). Ce sont entre autres l’Acepnuci de Germain N’Dri, Fernand Dédé pour l’Olped, fordpci de Tra bi Lambert et autres qui ont, à leur manière, félicité le bureau de l’unjci pour son travail et le courage dont il fait montre, pour permettre à la structure d’être une organisation incontournable au plan national et international.

Au chapitre du bilan moral, le président Moussa Traoré n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction quant aux bonnes actions menées par l’unjci.

Avec son équipe, il a pu faire l’acquisition de la personnalité juridique de l’union. Le code QR pour permettre l’identification des journalistes de l’union, la création d’un compte WhatsApp et autres.

Concernant le bilan financier, le président MT après avoir énuméré les dépenses de l’unjci, a annoncé la disponibilité d’une somme de 10.000.000 francs dans les caisses de l’Union.

Après lui, le micro est revenu à l’assemblée pour se prononcer sur le bilan qui a été jugé positif. Les participants à cette assemblée générale ordinaire qui sont intervenus tour à tour, ont apprécié le travail du bureau et, souhaité que les choses s’améliorent pour le bonheur des journalistes de Côte d’ivoire.

Arouna Koné

Photo masques man

Totodrou : Sortie de masque/ Fraternité et cohésion au cœur des festivités

Le village centre de Kordrou dans la sous-préfecture de  Totodrou était en ébullition, ce samedi 14 avril dernier. La raison, le ‘’Sohotahouo’’, masque sacré de Nenandrou, faisait sa sortie officielle. Organisé par la mutuelle des jeunes de Kiedy (MUJEK ) et placé sous le parrainage de Boueka Nabo Clément, maire de San-Pedro cette sortie était riche en chants, en danses et en démonstration.

C’est une pléiade de masques qui était venue de tout le Guemon pour soutenir leur paire de Nenandrou.

Pour le président de la mutuelle, Guei Yoro Samuel, par ailleurs SG de la mairie de San-Pedro, la sortie d’un masque en pays we est synonyme de fête et de liesse populaire. C’est pourquoi cette fête a été placée sous le sceau de la ‘’Fraternité et de la cohésion sociale’’. « La chose culturelle nous tient à cœur. Quand on a tout perdu, ce qui nous reste est notre culture. Quand notre village reçoit plus d’une centaine de masques venus des 4 coins du Guemon, nous ne saurions rester en marge de ces festivités », a- t-il dit avant de souligner que cette fête viendra faire ressortir les potentialités culturelles du village et booster son développement local.

Le directeur de cabinet du maire Nabo Clément (parrain de la cérémonie), Bamba Bourahima a salué le peuple wê pour sa diversité et ses valeurs fraternelles. Il les a exhortés à l’union et la cohésion sociale, seul gage de développement. Il a, toutefois, rassuré le peuple wê quant au soutien indéfectible de la mairie de San- Pedro.

« Le peuple wê est connu pour sa diversité culturelle. Vous avez démontré votre volonté pour la paix et la cohésion sociale en invitant tous les villages frères de la sous-préfecture de Totodrou et ceux du Guemon. Je vous exhorte à continuer dans ce sens et de semer la graine de l’union pour le  développement de votre village », a indiqué Bamba Bourahima.

5 articulations ont meublé ces festivités. La sortie des masques comédiens,  des masques danseurs et des masques du centenaire (masque sacré), les bénédictions du  masque sacré, le Klohouatin  et  la visite du village  des masques.

Chants et danses ont constitué le menu des festivités de cette sortie de masques.

Le village centre de  Kordrou compte 3 villages dont Nenandrou qui officialisait la sortie de son masque centenaire. Gueissraisbly et Ganhouo sont les deux autres villages.

Massa Souleymane