Statistiques: 666 vues
Amadou Koné

Le ministre des transports, Amadou Koné,  parrain du tournoi dénommé “tournoi de la paix et la renaissance de Bouaké ” a invité, samedi, les populations à se vêtir de la couleur de ‘’l’ivoirien nouveau’’ ; Un ivoirien qui aime sa patrie, son prochain et qui respecte les règles et lois établies par les autorités. C’était à l’occasion de la finale dudit tournoi au stade ‘’Yaoundé’’ du quartier Sokoura.

Pour le ministre des transports,  Le sport est une activité économique. Et pour que la ville de Bouaké soit développée, il faut créer les conditions de cohésion par le sport, facteur de rapprochement. « Pour qu’il y ait la cohésion nationale, nous devons, tous, regarder dans la même direction. Ce ne sont pas des extraterrestres qui viendront développer notre pays. C’est nous ivoiriens. Et pour ce faire, il nous faudrait prendre conscience. Chaque ivoirien à son niveau qu’il soit, doit prendre ses responsabilités pour faire avancer le pays. Donc ce genre d’initiative est à féliciter et à encourager » a déclaré le ministre ivoirien des transports, Amadou Koné.

Ce tournoi initié par le conseiller technique du ministre des transports, par ailleurs président de la jeunesse communale de Bouaké Silué Pegabila, a connu son apothéose le samedi 24 novembre au stade Yaoundé. L’objectif de ce tournoi  était de rassembler les jeunes de la ville en mettant en compétition des lycées, les universités et les grandes écoles et les différents quartiers de la ville.

Cette rencontre a opposé l’équipe de Gonfréville fc à l’AFCA Ahougnansou. Après 90 minutes de jeu, l’équipe AFCA Ahougnansou a battu celle de Gonfréville fc par 2 buts à 1.

Le conseiller du premier ministre ivoirien chargé du civisme, Touré Souleymane, compte mener des actions de grandes envergures au niveau de Bouaké. Pour lui, Bouaké doit se mettre en marche pour inculquer les valeurs du civisme aux populations.

Soulignons-le, Chacune des équipes finalistes est répartie avec une enveloppe de 100000 F cfa, un lot de maillot et un trophée.

Sylvain Faithè