IMG_20220423_080623_0

Une journée dans la ferme du préfet cultivateur ; Tuo Fozié

Il est le préfet du département de Bouaké, préfet de la région de Gbêkê. Tuo Fozié, au-delà de sa veste de gouverneur est un cultivateur hors pair. Depuis de longues années, le fils de N’Ganon, s’est adonné à la création d’une ferme agro- pastorale dans son village N’Ganon situé dans la région du poro. Nous y avons fait un tour.

N’Ganon : Au paradis du préfet Tuo Fozié

Une journée à N’Ganon, une localité située dans la région du poro. Cette sous- préfecture est le village du préfet de la région de Gbêkê,Tuo Fozié. Sous sa casquette de cultivateur, Tuo Fozié nous a fait visité son domaine.

Bâtie sur quatre hectares, la maison, en forme de rotonde, est entourée de plantes sauvages et de fleurs. Ce qui donne un aspect paradisiaque au lieu. En arrivant devant l’entrée principale, un lac artificiel long de plusieurs mètres borde la maison. On y trouve des caïmans et bien attendu des poisson. Sur un côté du lac une maison est en construction. «  Il veut s’isoler ici, loin des bruits » nous dit Salif, l’un des fils du préfet Tuo Fozié.


 Dans la cours, sous l’ombre des arbres, des balançoires en métal sont installés, permettant un repos paisible. Plus loin, des aquariums sont en construction. Fixés dans le sol ces aquariums donneront un autre aspect au domaine paradisiaque.

A chaque contrée de la cours, on y troupe des poteaux à plaquette solaire malgré l’électricité normale fournie par la Cei. «  Il nous faut vivre dans la lumière, même en cas de coupure d’électricité » nous confie le maître des lieux.

L’air naturel y est respirable grâce aux plantes.

Loin des bruits de moteurs et des sirènes de la ville, le domaine de Tuo Fozié vous donne un cadre agréable pour un séjour reposant. Un vrai paradis.

Kader Diaby

S. Lassina

Abidjan : Prévention des conflits/ Le projet IMPACT officiellement lancé


Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) et ses partenaires ont officiellement lancé le mardi 12 avril 2022, à Abidjan, le projet “Implication des médias numériques dans la prévention des conflits en luttant contre les fausses informations et celles trompeuses.

Le projet IMPACT d’un cout de  655,95 millions de francs CFA est financé par l’UE et est exécuté par un consortium mené par Avocats sans frontières France (ASF France) en partenariat avec la structure française Danaïdes, la plateforme panafricaine AfricTivistes et deux organisations nationales, l’Association des blogueurs de Guinée (ABLOGUI) et le REPPRELCI.

 L’objectif pour les bailleurs et leurs partenaires est de contribuer à la stabilité et à la paix, en “luttant” contre les infox qui peuvent déstabiliser les institutions et détruire la confiance des citoyens.

Antonio Dal Borgo, le représentant de l’UE, chargé des programmes de gouvernance démocratique et emploi, a indiqué que ce projet vise à améliorer la capacité des médias et des journalistes à collecter, vérifier et à diffuser des informations crédibles.

Ces informations diffusées par les médias, soulignera-t-il, doivent être complètes pour répondre aux droits à l’information des populations et maintenir la paix sociale dans des sociétés démocratiques et respectueuses des droits de l’Homme.

 Le président du REPPRELCI,  Lassina Sermé, a assuré de l’implication active des organisations de la presse, des partenaires techniques, de la société civile, des autorités politiques et administratives dans la mise en œuvre du projet.

 Sermé Lassina a souligné que ce projet s’inscrit dans une “démarche participative et inclusive, basée sur une approche centrée sur les droits”. Il a donc invité “tous les acteurs de la presse numérique de Côte d’Ivoire à s’impliquer dans l’exécution dudit projet afin qu’il soit couronné de succès”.

 Le préfet Guillaume Konan, représentant le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale, s’est réjoui du fait que ce projet contribue à la cohésion nationale et à la paix en Côte d’Ivoire. Il a appelé les médias numériques à “s’adresser aux cœurs des gens” en vue d’une transformation pour adopter une attitude pacifique.

Pour la mise en œuvre du projet IMPACT, le REPPRELCI entend conduire des caravanes de sensibilisation dans 10 métropoles du pays (dont six villes universitaires), où les professionnels des médias s’entretiendront avec des étudiants, des élèves et les populations: 1.000 sujets ciblés dans chaque métropole, soit “10.000 journalistes citoyens”.

Le projet devrait permettre de créer une plateforme sécurisée pour limiter les contenus haineux,  avec une désignation de 160 journalistes qui seront formés sur l’utilisation de cette plateforme. En outre, des dizaines de journalistes citoyens seront formés sur l’éthique et la publication responsable des contenus.

 Mélanie Canovas, représentante des Avocats sans frontières France, a fait observer qu’avec les récentes crises socio-politiques, les pays comme la Côte d’Ivoire et la Guinée ne sont pas à l’abri d’escalades de propos haineux, de la désinformation et de la propagande sur Internet.

Dans ce contexte, le projet IMPACT vient renforcer les capacités des journalistes citoyens et sensibiliser les populations sur la désinformation. Il s’inscrit dans une dynamique régionale en vue de prévenir les conflits.

Le lancement du projet, en Guinée, a eu lieu le 7 avril 2022. En Côte d’Ivoire, il a été officialisé ce 12 avril 2022, en présence des acteurs de l’écosystème de la presse en ligne, de la société civile et des autorités administratives. Ce projet va durer 2 ans.

Kader Diaby : (Source :REPPRELCI)

USA

Les États-Unis, le G7 et l’UE imposent des coûts importants et immédiats à la Russie

Les États-Unis, avec le G7 et l’Union européenne, ont imposé, le mercredi 06 avril dernier, des coûts économiques significatifs et immédiats au régime de Poutine pour ses atrocités commises en Ukraine, en particulier à Boutcha.

Les États-Unis et plus de 30 alliés et partenaires du monde entier ont imposé les restrictions économiques les plus percutantes, coordonnées et vastes de l’histoire.

Les experts prédisent que le PIB de la Russie se contractera jusqu’à 15 % cette année, anéantissant ainsi les quinze dernières années de gains économiques. L’inflation dépasse déjà les 15 % et devrait s’accélérer.

« Tant que la Russie poursuivra son assaut brutal contre l’Ukraine, nous resterons unis avec nos alliés et partenaires pour prendre des mesures de rétorsion supplémentaires à l’encontre de la Russie en raison de ses actions. » ont indiqué les USA et ses partenaires

Aujourd’hui, les États-Unis annoncent les mesures des sanctions de blocage total contre la plus grande institution financière de Russie, Sberbank, et la plus grande banque privée de Russie, Alfa Bank. Cette mesure gèlera tous les actifs de Sberbank et d’Alfa Bank en lien avec le système financier américain et interdira aux ressortissants américains d’effectuer des opérations avec ces banques.

Sberbank détient près d’un tiers de l’ensemble des actifs du secteur bancaire russe et est systématiquement essentielle à l’économie russe. Alfa Bank est la plus grande institution financière privée de Russie et la quatrième plus grande institution financière de Russie.

Interdiction de nouveaux investissements en fédération de Russie. 

Le président Biden signera un nouveau décret présidentiel (E.O.) prévoyant une interdiction de tout nouvel investissement en Russie par des personnes américaines où qu’elles se trouvent, ce qui isolera encore davantage la Russie de l’économie mondiale.

Cette action s’inscrit dans la continuité de la décision prise par plus de 600 entreprises multinationales de quitter la Russie. L’exode du secteur privé concerne le secteur manufacturier, les sociétés du secteur de l’énergie, de la grande distribution, les institutions financières, ainsi que d’autres prestataires de services tels que les cabinets d’avocats et de conseil. Le décret présidentiel d’aujourd’hui garantira l’affaiblissement durable de la compétitivité mondiale de la fédération de Russie.

Sanctions de blocage total sur les principales entreprises d’État russes critiques. 

Ces sanctions interdiront à tout ressortissant américain d’effectuer des transactions avec ces entités et gèleront tous ses biens soumis à la compétence américaine. Ce qui nuira à la capacité du Kremlin à utiliser ces entités dont il dépend pour faciliter et financer sa guerre en Ukraine. Le département du Trésor fera l’annonce du nom de ces entités demain.

Sanctions de blocage totales contre les élites russes et les membres de leur famille.

Ses sanctions visent les enfants adultes du président Poutine, l’épouse et la fille du ministre des Affaires étrangères Lavrov et les membres du Conseil de sécurité russe, dont l’ancien président et Premier ministre russe Dmitri Medvedev et le Premier ministre Mikhaïl Michoustine. 

Ces personnes se sont enrichies aux dépens du peuple russe. Certaines d’entre elles sont chargées de faciliter la guerre de Poutine contre l’Ukraine. Cette action les coupe du système financier américain et gèle tous les actifs qu’elles détiennent aux États-Unis.

Kader Diaby : (Source : Département d’Etat USA)

S. Lassina

Guinée – Côte d’Ivoire/ Projet IMPACT : Lancement officiel, mardi prochain

Le Consortium mené par Avocats Sans Frontières France (ASF France), en partenariat avec une structure française, Danaïdes, une plateforme panafricaine, AfricTivistes ; et deux associations nationales : l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) et le Réseau des Professionnels de la Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) est heureux d’annoncer l’organisation de la cérémonie de lancement officiel du projet d’ « Implication des Médias numériques dans la Prévention Active des Conflits et des Tensions (IMPACT) » le mardi 12 avril 2022 de 08h30 à 11h, à l’hôtel Novotel d’Abidjan.

 Une cérémonie d’ouverture du projet se tiendra également à Conakry le 7 avril 2022. Il s’agira de présenter les acteurs du projet, ainsi que le plan d’action qui va être déroulé pour l’exécution du projet sur deux ans.

Ce projet, financé par la Délégation de l’Union européenne auprès du Sénégal, d’un montant de 1 110 740 Euros (environ 727 534 700 FCFA) a pour objectif de contribuer à consolider une paix durable en Afrique de l’Ouest et, plus spécifiquement, entend se concentrer sur le rôle positif que peut jouer la société civile, en particulier les médias numériques dans la prévention et la réduction des conflits et tensions.

IMPACT est né de la nécessité de renforcer les capacités des médias numériques, en matière de prévention des conflits afin de participer plus globalement à la consolidation d’une paix durable. IMPACT vient ainsi maximiser le potentiel des médias sur les dynamiques de conflits.

Le projet considère que les médias doivent pouvoir jouer un rôle central dans la prévention des conflits et doivent bénéficier à cet effet d’un renforcement de capacités.

Les activités mises en œuvre auront pour objectifs d’analyser le rôle des médias dans le cadre de la couverture des conflits et favoriser la création des synergies pour soutenir l’échange et l’expérience ; de renforcer les capacités des médias en les dotant d’outils pour maximiser leur potentiel et de mobiliser les médias et acteurs de la société civile contre les discours haineux en faveur des processus de dialogue.

Pour rappel, l’Organisation non gouvernementale indépendante Reporters sans frontières (RSF) a signé, le 21 mars dernier, une convention avec le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI), la faîtière de la presse numérique ivoirienne.

Kader Diaby (Source : REPPRELCI)

Jacques-Konan-Assahoré

Honorable Jacques Assahoré Konan : ‘’ Il y a trop de rancœurs à Bouaké’’

Enfilant sa casquette politique, l’honorable Jacques Assahoré Konan, député de Botro- Diabo et Dg du trésor et de la comptabilité publique, a invité, vendredi 04 février, les populations de Bouaké à vivre ensemble. Car pour lui, il y a encore ”trop de rancœurs à Bouaké”. C’était à l’occasion d’une cérémonie d’hommage aux agents de la commune de Bouaké admis à faire valoir leurs droits à la retraite.

« Je voudrais me permettre de dire aux uns et aux autres, (…), que nous devons être unis.

Bouaké, c’est une ville cosmopolite. Bouaké, c’est les Etats Unis de la Cote d’Ivoire. Tout le monde se retrouve à Bouaké. Nous devons être unis, travailler dans la solidarité, dans l’union et la concorde. Il y a trop de rancœurs encore à Bouaké.

Le Président de la République travaille à ce que nous vivons ensemble. Le vivre ensemble qu’il prône, le point de départ doit être Bouaké. Faisons en sorte qu’il en soit ainsi.

Baoulé, dioula, bété, guéré …, chacun doit se battre pour sa pitance quotidienne, mais en même temps chacun doit se battre, pour que les uns et les autres travaillent dans la concorde main dans la main. C’est de cette façon que la Cote d’Ivoire va aller de l’avant.

On ne peut pas construire un pays dans la division. Aucun pays ne se construit dans la division. Vous avez vu le Rwanda où les gens se sont tués. Tout le monde connait l’histoire du Rwanda, mais aujourd’hui qu’est- ce qu’ils font ? Ils sont main dans la main pour avancer. Tout le monde cite le Rwanda en exemple.

Il doit en être ainsi (à Bouaké, NDLR). On n’a même pas atteint le tiers de ce que le Rwanda a vécu. Mais eux ils ont oublié.

Je demande à Bouaké d’oublier les rancœurs et de travailler la main dans la main, pour que Bouaké sorte de sa léthargie.

Bouaké, c’est la deuxième ville de la Cote d’Ivoire et le Président de la République est en train de tout faire pour que Bouaké retrouve son lustre d’antan. Vous voyez les grands travaux qu’on est en train de faire ici. Les industries vont bientôt venir s’implanter. Tout ça, c’est pour que Bouaké devienne ce qu’il était avant.

Mais tout ça ne servira à rien si nous, bouakéens et Bouakéennes, avons encore de la rancœur envers les uns et les autres. »

Propos recueillis par Kader Diaby

djiro

Bouaké/Lutte contre la migration clandestine : L’Ong Realic sensibilise les jeunes

La caravane de l’ONG réseaux ouest africain de  la lutte contre la migration clandestine a déposé ses valises à Bouaké, les 17 et 18 novembre dernier. Au programme, sensibilisation des jeunes sur les risques liés à la migration irrégulière et les opportunités d’emplois existant dans la ville de Bouaké, à travers le thème ‘’la migration tue, rester chez soi est mieux’’, Kader Diaby nous en parle.