Cpi : Laurent Gbagbo et Blé Goudé, maintenus en détention (Chambre d’appel)

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé resteront en prison. La Chambre d’Appel de la Cpi a décidé, ce vendredi 18 janvier 2018, du maintien des deux accuses, en prison, jusqu’à la fin du processus en appel. La Cpi a annoncé une audience, pour le 1er février 2019, aux fins d’entendre les parties et les Victimes.

Cette décision fait suite à l’appel interjeté par le Procureur de la CPI après l’acquittement et la remise en liberté, prononces, mardi et confirme mercredi, par la première chambre.

La chambre d’appel a donc juge recevable la requête du procureur et a ordonné le maintien de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en prison.

Les co-accusés, pour crime contre l’humanité devront attendre la décision de la chambre d’appel qui confirmera ou infirmera leur acquittement et leur remise en liberté.

L’annonce, mardi, de leur acquittement avait suscité des manifestations de joie dans les rues du quartier populaire de Yopougon et Gagnoa, et des manifestations de protestations, a Abobo, Bouaké et Korhogo.

Arouna Koné

Gbagbo-Ble

Cpi : Laurent Gbagbo et Blé Goudé, toujours en prison

La cour d’appel de la Cpi a décidé, mercredi soir, du maintien de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé en prison jusqu’à sa décision finale. Ce rebondissement dans l’affaire de la libération ces deux personnes fait suite à l’appel interjeté, en urgence, par le procureur de la Cpi après l’acquittement et la libération prononcés par les juges du premier niveau.

Gbagbo Laurent et Charles Blé Goudé sont encore en prison à la Haye. Le bureau du procureur qui a saisi la chambre d’appel, estime qu’il faut les maintenir en détention, jusqu’à ce que les juges de la dite chambre confirme ou infirme la décision de la première chambre, qui les a acquittes mardi.

Le procureur craint également que les deux accusés, pour crime contre l’humanité, ne prennent la fuite pour ne pas assister au procès en appel.

Saisie en urgence, la chambre d’appel a donc ordonné le maintien de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé en prison jusqu’à la fin du procès en appel.

Les juges de la première chambre n’ont pas encore motive leur décision par écrit, et cela pourrait prendre plusieurs semaines, avant l’ouverture du procès en appel.

Ce jeudi, les juges de la chambre d’appel examineront la requête du procureur pour voir si l’appel est recevable ou non.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devront attendre encore, en prison, la décision de la chambre d’appel de la Cpi qui confirmera ou infirmera la décision de la première chambre.

Arouna Koné

LG

Liberté pour Gbagbo : Ce n’est pas une liberté provisoire, mais un acquittement définitif (observateur)

La Cour pénale internationale (CPI) a « fait droit aux demandes d’acquittement » de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, et prononcé leur libération. Cette libération est immédiate et définitive et non provisoire, selon des observateurs.

« L’acquittement et la libération immédiate signifient qu’aucune charge n’a été retenue contre les deux personnes. Et ils pourront regagner leur famille et leur amis en Cote d’Ivoire » précise un observateur, qui poursuit : « C’est une liberté définitive et non provisoire ».

Huit années après la chute de l’ancien président ivoirien, et trois ans après le début de son procès à La Haye pour crimes contre l’humanité, les juges de la 1e chambre de la Cour pénale internationale (CPI) ont répondu favorablement à la demande de remise en liberté formulée par les avocats de Laurent Gbagbo.

Cette décision intervient après quatorze demandes successives de liberté provisoire refusées, et fait suite à l’audience qui s’est tenue le 13 décembre dernier.

Arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan et détenu, dans un premier temps, à Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye le 29 novembre 2011. Son procès a démarré le 28 janvier 2016. Poursuivi pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité », l’ancien président ivoirien a toujours plaidé non coupable. Au fil des 231 jours d’audiences sur le fond, plus de 80 témoins se sont succédé à la barre.

Aujourd’hui, la CPI « fait droit aux demandes d’acquittement » des avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et « ordonne la mise en liberté »  de l’ancien président ivoirien et son ex-ministre de la Jeunesse.

Ceux- ci pourront regagner incessamment la Côte d’Ivoire.

Arouna Koné

Gbagbo

CPI : Liberté pour Gbagbo et Blé Goudé

La Cour pénale internationale (CPI) a « fait droit aux demandes d’acquittement » de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, et prononcé leur libération. Détenu depuis le 30 novembre 2011, le fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) va donc pouvoir quitter sa cellule de la prison de Scheveningen, à La Haye.

Huit années après la chute de l’ancien président ivoirien, et trois ans après le début de son procès à La Haye pour crimes contre l’humanité, les juges de la 1e chambre de la Cour pénale internationale (CPI) ont répondu favorablement à la demande de remise en liberté formulée par les avocats de Laurent Gbagbo. Cette décision intervient après quatorze demandes successives de liberté provisoire refusées, et fait suite à l’audience qui s’est tenue le 13 décembre dernier.

Arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan et détenu, dans un premier temps, à Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye le 29 novembre 2011. Son procès a démarré le 28 janvier 2016. Poursuivi pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité », l’ancien président ivoirien a toujours plaidé non coupable. Au fil des 231 jours d’audiences sur le fond, plus de 80 témoins se sont succédé à la barre.

Aujourd’hui, la CPI « fait droit aux demandes d’acquittement » des avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et « ordonne la mise en liberté »  de l’ancien président ivoirien et son ex-ministre de la Jeunesse.

Sources : Jeune Afrique

affiche cross

Communiqué de presse –CPI –CI/ Cross populaire

La Représentation de la Cour Pénale Internationale en Côte d’Ivoire organise un cross populaire, le Samedi 24 Novembre 2018, à partir de 8h au Palais des sports de Treichville. Cette activité sportive de masse intervient dans le cadre de la commémoration du 20e anniversaire du Statut de Rome, texte fondateur de la Cour Pénale Internationale. Elle est organisée en partenariat avec cinq (structures locales) :

– le Centre d’Education pour une Société Durable (Centre ESD)

– la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme (FIA)

– la Coalition des Organisations des Victimes de la Crise Ivoirienne (COVICI)

– le Parlement des Jeunes de Côte d’Ivoire

– la Coalition Ivoirienne pour la Cour Pénale Internationale (CI-CPI)

Le Cross populaire vise à vulgariser le Statut de Rome pour sa meilleure appropriation par la population locale.

Il est initié à l’intention des populations ivoiriennes, notamment les associations des victimes, les organisations de défense des droits humaines, les forces de sécurité, les étudiants, les élèves et les sportifs.

Deux circuits sont prévus avec comme point de départ le Palais des sports de Treichville. Un circuit de 5KM et un circuit de 10KM.

Toute la population est invitée à s’inscrire en ligne ou en se présentant dans les différents points d’inscriptions suivants:

-Stade Champroux de Marcory

-Stade Félix Houphouët Boigny de Plateau

-Siège du Centre ESD Cocody Angré Pétro ivoire

-Siège de Yopougon TV (Yopougon Sicogi pharmacie du marché)

-Siège de la CI-CPI Adjamé Fraternité matin

Pour plus d’informations sur l’événement, prière de contacter Mme Kadizatou Cissé ou M. Sarre Abdoulaye au 07 44 83 76 /07 97 23 05.