Statistiques: 120 vues
Attote


Après la ville de Korhogo, c’est à Bouaké (centre de la  Côte d’Ivoire) que le Tradi-praticien Ouattara Djakaridja, producteur du célèbre pot ‘’Attoté’’ a posé ses valises. Une opportunité d’emploi pour les jeunes, mais aussi un apport à la santé des populations de Gbêkê, semblent être ses motivations.

« Je suis ici pour aider mon pays à renaître économiquement. Bouaké est une ville stratégique et chaque Ivoirien doit apporter sa contribution afin qu’elle relève de ses cendres du fait de plusieurs années de crise. Le médicament traditionnel que je fabrique soigne beaucoup de maladies dites incurables de nos jours. Attoté n’est pas chère, il n’est pas non plus difficile à utiliser pour la guérison. Attoté est un produit miraculeux. »  a déclaré Ouattara Djakaridja, le guérisseur.

Pour lui, s’installer dans la deuxième grande ville Ivoirienne vise à aider la jeunesse de cette localité à se frotter aux réalités entrepreneuriales afin de tourner dos définitivement au manque d’initiative personnelle.

« A Korhogo, où j’ai exercé pendant 10 ans environs, les jeunes de plus de 18 ans de tous les genres qui ont accepté de collaborer avec nous ont pu se prendre en charge d’un moment à un autre. Et, ce sont les mêmes opportunités que nous allons partager avec leurs frères de la région du Gbêkê. Certains pourraient avoir des contrats journaliers, d’autres seront embauchés et plusieurs collaboreront en free-lance à travers la vente. » souligne-t-il.

Quant à la puissance du médicament, Ouattara Djakaridja indique que la faiblesse sexuelle, le paludisme, l’hémorroïdale, les fibromes et biens d’autres maladies graves n’ont plus de secret pour le médicament ‘’Attoté’’. Il laisse entendre qu’il existe de nombreux consommateurs du produit dans plusieurs et différentes localités, bien entendu au plan national et international.

Il ne manque pas de souligner que ce médicament a été confirmé par les laboratoires d’analyse de santé publique.

Ce qui l’inspire davantage à se mettre en règle vis- à-vis des impôts afin que de nombreux jeunes trouvent leur gagne-pain dans son entreprise.

A Bouaké, c’est environ une centaine d’emplois directs et près de 500 journaliers entre autres des commerciaux, des transporteurs et des responsables chargés de l’expédition extérieure qui seront créés.

Le centre de production de la ville de Bouaké situé au quartier Dar- es- salam est fonctionnel depuis le mois d’octobre 2018.

Tuo Tchang