Statistiques: 242 vues
konate ibrahim

Secrétaire départemental du Rassemblement des républicains (Rdr) de Port-Bouet, Ibrahim Konaté explique les dispositions prises pour une grande participation des militants de son parti au prochain congrès du Rhdp. Entretien…

Ivoire-Express : Le Rhdp organise un congrès le 26 janvier prochain. Quel sera l’apport de Port-Bouet à la réussite de l’événement ?

Konate Ibrahim : Port-Bouet est prêt. Nous organisons régulièrement des rencontres. Au premier niveau, je tiens des réunions avec les militants du Rdr dont je suis le premier responsable local. Au second niveau, mon frère Siandou Fofana et moi organisions les militants du Rhdp. L’objectif, c’est mobiliser notre base pour contribuer à la réussite du congrès. Nous y arriverons.

IE : Pensez-vous qu’avec les bruits dans votre parti, l’atmosphère est à la sérénité ?

KI : Nous sommes plus que sereins. Nous sommes sur le terrain depuis près de 10 ans. Nous avons fait partie du bureau départemental, avant de créer le mouvement ‘’Émergence 2020’’, pour ratisser large pour le président de la République. Je vous épargne les sacrifices consentis pour mon parti qui m’ont valu une décoration. Le couronnement de ce combat a été la double reconnaissance de mon parti. D’abord en tant que Secrétaire national, ensuite secrétaire départemental. Nous nous battons encore pour maintenir cette flamme militante.

IE : Vous faites pourtant face à une forte adversité…

KI : Gérer l’adversité fait partie du parcours politique. Ma main restera tendue à tous ceux qui veulent nous aider à avancer. Nous sommes en train de construire un parti unifié. Notre rôle, c’est de réunir le maximum d’Ivoiriens autour de ce projet cher au président de la République.

IE : On nous apprend que l’ancien départemental a convoqué à la gendarmerie un responsable de base de votre parti…

KI : Tout à fait. Mais, c’est une forfaiture qui n’a pas prospérée. Mon jeune frère fait preuve d’une incohérence inimaginable.

IE : Que voulez-vous dire ?

KI : En tant que premier responsable du Rdr de Port-Bouet, Tuo Yenikpo Frédéric a foulé au pied la discipline du parti en soutenant un indépendant, Aka Maxime, pendant ces municipales. Au deuxième tour, puisque l’élection a été reprise, Aka Maxime s’est rallié au candidat du Pdci. Il a même adhéré au Pdci, puisqu’il nous a officiellement informés. Le ministre Siandou Fofana peut le témoigner. Face à ce retournement de veste, notre frère Yenikpo a rebroussé chemin. Nous avons accepté son retour sans gloire. Après les municipales, nous ne savons pas quelle magie, l’ex-départemental et son ami qui, entre temps, est devenu Pdci, se retrouvent chez Mme Gnenema, l’une de nos militantes, pour organiser des réunions au nom du Rdr, avec la logistique du Rdr. Nous avons juste récupéré ce qui appartient au Rdr. Quant aux girouettes, nous les laissons pivoter au gré du vent.

IE : Y a r-il un problème au Rdr, à Port-Bouet ?

KI : Non. Il y a des personnes qui ont une crise de personnalité. Elles se cherchent et recherchent un repère. Pour le reste, nous avançons sereinement.

IE : Comment gérez-vous tout cela?

KI : On gère cela avec amour. Nul ne peut faire l’unanimité. Nous en sommes conscients. C’est pourquoi, après le 26 janvier, nous allons cheminer avec ceux qui veulent avancer. Nous ferons une restructuration pour rendre le Rhdp encore plus fort.

IE : Vous contestez l’élection de votre adversaire aux dernières municipales. Pourquoi?

KI : L’affaire est sur la table du bureau de la Chambre administrative de la Cour suprême. Je préfère m’abstenir de tout commentaire.

IE : Un mot sur la décision de la Cour pénale international

KI : Je m’aligne sur le communiqué du gouvernement. Je prends acte et je me tiens à la disposition du gouvernement et des victimes pour les indemnisations à Port-Bouet.

Yolande de Sepenedio