Bilharziose

Santé : Lutte contre la bilharziose/Un traitement disponible pour les enfants de 0 à 5 ans

Désormais, les enfants de 0 à 5 ans bénéficient  d’un traitement contre la bilharziose. Ce qui n’était pas le cas avant 2016, ou seuls ceux qui avaient plus que cet âge, pouvaient se faire soigner contre le mal. Une injustice que l’OMS et ses partenaires que sont les firmes pharmaceutiques et les Chercheurs viennent de corriger.

Les spécialistes de la santé, sont rentrés au laboratoire et ont conçu un médicament dont la forme et le dosage sont en phase avec l’organisme et le gout des enfants de 0 à 5 ans.

Sous la direction de l’investigateur principal de recherche de la forme pédiatrique de la bilharziose, le Professeur N’Goran Kouakou Eliezer de l’Université Félix Houphouët-Boigny et son équipe, le PRAZIQUANTEL’’, a été testé sur un échantillonnage de 84 enfants de plusieurs localités du département de Man.

Résultats, tous les enfants ont recouvré la santé. L’équipe du Professeur a donc entrepris, du 2 au 6 avril dernier,  une tournée dans certaines localités pour annoncer la bonne nouvelle, mais aussi sensibiliser les populations sur les comportements à éviter pour ne pas attraper la bilharziose.

Le Professeur N’Goran Kouakou Eliezer procèdera désormais à la mise à disponibilité du ‘’PRAZIQUANTEL’’ dans les localités vulnérables de la Cote d’Ivoire et du Kenya.

Le médicament, sera à moindre cout, grâce à l’effort conjugué des Organismes internationaux à charge de la santé et de pays partenaires dont la Grande Bretagne.

La bilharziose est une maladie qui se présente sous 6 formes. Les plus fréquentes en Afrique subsaharienne sont urinaires et intestinales. Les vers parasites responsables de la bilharziose pénètrent dans l’organisme par la peau et affectent les organes tels le foie, les reins, les intestins et la vessie lorsqu’on se baigne ou consomme de l’eau mal propre.

La bilharziose continue de faire ravage surtout dans les villages reculés qui manquent d’adduction en eau potable. La maladie peut être contractée dans des villages qui présentent des défaillances des pompes hydrauliques villageoises. Elle peut être due aussi à la mauvaise habitude à se soulager dans les cours d’eau.

Massa Souleymane

diomande a man

Man: Un homme tué par balle derrière sa maison

La nuit du 3 au 4 Avril a été tragique pour la famille Diomandé. Diomandé David a été retrouvé mort, tué par balle, dans la cour de l’école primaire publique de grand Gbapleu.

« Mon mari est un planteur et vit pratiquement dans le village de Gourané, ou il a son champ. Il a décidé de venir rester cette semaine avec moi. Et  dans la nuit du 3 au 4, le courant est  coupé, suite à une forte pluie. En bon mari il décide de m’aider. Je suis concasseuse. Mon mari est allé chercher mes graviers pour les envoyer à la maison. Après deux tours, il partait pour le 3ème tour lorsque j’ai entendu un coup de feu non loin de la maison. Paniquée, j’hésitais à sortir quand j’ai été interpellé par les cris de détresse de mon mari » confie dame Golou Pélagie sous le coup du choc. 

Quand le secours arrivait, le pauvre D David agonisait et ses intestins étaient dehors. Transporté d’urgence à l’hôpital, l’on apprendra que les chevrotines lui ont perforé le poumon et atteint son foie. Ce qui a entraîné sa mort.

Que s’est-il passé ? Seule l’enquête de la police nous situera.

Curieusement, le jeudi 4 avril, pendant la récréation,  des élèves découvrent un fusil canon scié et un téléphone portable brisé. Aussitôt, l’administration de l’école saisit la police chargée de l’enquête.

Diomandé David est l’aîné d’une famille de plusieurs enfants. Il a la charge de la cour familiale et une parcelle de plus de 40 ha de cacao à Gourané.

Aussi a-t-on appris que la famille est divisée, quant à la gestion de ces biens qui devaient être partagés en 2020.

Des informations font état de ce qu’il s’agirait d’un règlement de compte.

Diomandé David a été enterré le samedi 06 au cimetière municipal de Man.

Massa Souleymane

Bouaké : JIF 2019 / La première dame attendue

Le palais du carnaval de Bouaké, est bondé de monde à la veille de la célébration de la journée internationale de la femme. Cette liesse populaire constatée ce jeudi 07 Mars 2019, est le signe que Bouaké s’active pour recevoir vendredi la première dame de Côte d’Ivoire madame Dominique Ouattara.

Après son passage dans la capitale de Gbêkê lors de la célébration de la fête des mères en 2016, elle a décidé de venir témoigner son amour pour la seconde fois ce vendredi 08 Mars 2019, a l’occasion de la journée internationale de la femme (JIF) 2019.

Un podium et plusieurs  bâches et chaises sont déjà dressés. Du côté de La régie tout est fin prêt.

Des femmes sont occupées à  des répétitions pour le défilé. Du côté du staff mobilisation, certains chauffeurs recensés pour effectuer le déplacement des « mamans » des autres villes reçoivent les dernières instructions.

La première dame qui préside la JIF 2019 aura l’occasion de s’adresser à ses sœurs de Bouaké après avoir visité le village JIF.

La direction du comité d’organisation a organisé un concours culinaire, après le panel sur le numérique et la formation des femmes du vivrier.  Venues des villes environnantes dix candidates ont pris part à ce concours culinaire. Devant une assemblée mosaïque, les candidates  ont fait montre de leur savoir culinaire avec différents plats traditionnels sous l’appréciation d’un jury composé de 5 membres.

Avec un plat purement traditionnel, la sauce ‘’gouagoussou’’ mélangé avec un peu de champignons et de la viande de brousse, accompagnée du foutou igname desservi par le bangui (vin de palme) comme dessert, la candidate venue de Sakassou Goudou Natacha Agnès a reporté le premier prix de ce concours. Élu avec un total de 85/ 100, elle se positionne en première place devant N’guessan Ablan Claudine de Bouaké et Yao Aya Yasmine Cyrielle de Brobo.

Sylvain Faithè

Bouaké : Des enseignants grévistes attaqués, plusieurs motos incendiées

Des individus, munis de gourdins et autres armes blanches ont attaqué ce lundi des enseignants grévistes, tous de blanc vêtus, qui s’étaient réunis devant l’EEP Ahougnansou Château, avant une marche pacifique qu’ils entendaient organiser. Le bilan, non officiel, fait état de plusieurs blessés dont un dans un état critique et plusieurs motos incendiées.

Rassemblés devant l’école primaire Ahougnansou 1 pour recevoir des mots d’ordre de leurs délégués syndicaux, tôt ce matin de lundi 25 Février 2019, des enseignants ont été pris à partie par des individus.

Selon des témoins, un véhicule de type 4×4 a foncé droit sur les grévistes. Des individus a bord du véhicule, descendent et commencent à s’attaquer aux enseignants.

Dans la débandade, les enseignants prennent la poudre d’escampette, laissant derrière eux des blessés et leurs motos.

Les agresseurs usent alors d’essence pour incendier les motos. Le nombre de motos incendiées n’est encore connu, mais des langues racontent qu’il s’agit de plus d’une dizaine de motos.

Revenus sur les lieux, les enseignants découvriront les dégâts. Ils se sont donc rendus au commissariat du 5e arrondissement pour porter plainte contre x, même si certains d’entre eux indexent déjà un responsable politique de la ville.

« Le message que nous voulons lancer en tant qu’enseignant, c’est que nous sommes conscients comme eux. Nous sommes aussi des parents d’élèves. Qu’ils cherchent à préserver l’image des enseignants de Côte d’Ivoire, car notre pays ne mérite pas cela. Donc ces individus qui sont venus poser cet acte et surtout au nom du régime étatique en place, qu’on les apprivoise, parce que les enseignants ne sont pas des vandales. » a lancé un enseignant gréviste qui a accusé nommément un homme politique de la ville.

Sylvain Faithè

congres CEEci 2019

Bouaké: Des étudiants réfléchissent sur la pacification en milieu scolaire ivoirien

L’université Alassane Ouattara de Bouaké a abrité le 3e congrès du comité des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire  (CEECI) autour du thème « La pacification de l’école ivoirienne, le défi de notre génération ». Du 21 au 23 Février, au campus1, des étudiants venus en grande nombre des universités du pays, se sont penchés sur la pacification en milieu scolaire ivoirien.

Pour le président du comité d’organisation Coulibaly Zana Taïrou, ce 3ème congrès est placé sous le sceau de la ‘’pacification’’ de l’espace universitaire et scolaire. Pour lui, ce thème est choisi en fonction des remous sociaux ou violences auxquels le système éducatif est confronté dans son ensemble. 

« Nous avons choisi ce thème parce que depuis un certain moment la violence est devenue la méthode d’action sur les espaces scolaires et universitaires, donc il faut sensibiliser nos camarades élèves et étudiants à valoriser la promotion des valeurs de paix et de pacification dans les milieux scolaires et universitaires » s’est-il justifié.

Le représentant du ministre de l’artisanat Konaté Sidiki, le député-maire Bema Fofana a dit être confiant quant aux résolutions adéquates sorties du congrès, pour l’avancement de l’école ivoirienne qui perd ses lustres d’antan. « Nous demandons aux syndicats de prendre leur place dans la pacification de l’école, car l’école est d’abord pour les élèves avant d’être pour d’autres personnes. Mais ce n’est pas l’impression que nous avons aujourd’hui » a-t’il déploré.

Les activités culturelles et sportives, les journées estudiantines et scolaires, le toilettage des textes et les élections sont autant d’activités qui ont meublé ces deux jours de réflexion.

Sylvain Faithè

Exif_JPEG_420

Man: Lutte contre l’excision/Les communautés engagées dans la lutte pour l’éradication

A l’instar des autres régions, celle du Tonkpi a organisé le vendredi 08 février 2019, la 16e journée internationale de la lutte contre les mutilations génitales féminines. Au delà du message du gouvernement, l’engagement de toutes les communautés dans la lutte est souhaité.

La célébration pour la journée internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines offre une opportunité  de rappeler qu’en dépit des efforts consentis, le phénomène persiste.

Selon l’UNFPA l’excision à des conséquences sur la santé physique et psychologique des femmes et des filles qui en sont victimes. Des douleurs intenses, des hémorragies intenses qui peuvent entrainer la mort, des infections des organes génitaux de la femme  pouvant mener à la stérilité, un risque élevé de contamination au VIH dû a l’utilisation d’ un même instrument non stérilisé, des douleurs intenses ou un plaisir sexuel diminué, des complications à l’accouchement, des fistules obstétricales etc.

Quant à la stratégie de lutte contre les MGF, elle a permis la mise en place  en 2011 d’un système d’alerte précoce sur les violences sexuelles et les MGF. Ce système a permis d’enregistrer à ce jour, 35 alertes concernant les déroulements d’excisions pour au moins 500 filles dans les régions nord, centre et ouest.

Suite aux actions synergiques des acteurs, le déroulement des cérémonies a été empêché à trois (3) occasions et sept (7) condamnations ont été prononcées.

Mais la dimension de rituel protecteur souvent attribuée à l’excision, aurait davantage incité les familles à commettre cette pratique, dans un contexte de crise et d’insécurité, et cela sur des filles de plus en plus jeunes.

Le gouvernement est en train d’élaborer un programme national sur les MGF afin de mettre fin à cette pratique.

Du préfet de région du Tonkin, Soro Kayaha Jérôme à Ouattara Dramane, 2e adjoint au maire en passant par  Kouamé  Kouadio  Issoufou ,Directeur Régional du ministère de la  femme, de la famille et de  l’enfant , tous ont dit leurs engagement à lutter contre ce fléau de notre culture qui ne fait pas de bien à la femme.

Ainsi ont-ils mis en mission les chefs de villages et de communautés pour accentuer la lutte. Ce qui  faciliterait l’éradication de l’excision.

L’un des points marquant  de cette  commémoration a été la participation appréciable de dame Odile  Parel. Cette excisée vivant en suisse a dû subir une opération, pour réparer le mal que lui a fait cette pratique. Elle a même écrit un livre appuyé par des images forte, pour dénoncer l’excision.

La projection du film  »la fleur et la lame » de Mohamed Dazelor sur la problématique de l’excision a donné de la sueur froide au public présent, qui est sorti très révolté.

Massa Souleymane

Maire de Man 2019

Man: Conseil municipal/26 projets prioritaires adoptés

Le conseil municipal de Man a tenu sa deuxième session ordinaire de l’exercice 2019. Pour le second point, ce sont un total de 13 commissions qui ont été adoptées et mises en place pour coordonner les différentes actions municipales durant les 5 prochaines années. En priorité, c’est un ensemble de 26 projets qui ont été adopté par le conseil pour les 3 prochaines années.

Ce sont au total 8 points qui étaient inscrits à l’ordre du jour, notamment la présentation des organes du conseil, la création et adoption des commissions, examen et adoption du règlement intérieur et des commissions, du calendrier annuel des réunions du conseil municipal, examen et adoption de l’état d’exécution cumulé du budget au 31 décembre 2019, examen et adoption du compte administratif du maire de l’exercice 2018 et examen et adoption du programme triennal 2019-2021.

« Nous avons plusieurs projets au programme triennal. Mais, nous allons en priorité construire plusieurs écoles primaires dans la ville et dans les villages. La  reconstruction du marché central , la construction d’un hôtel de ville, le réaménagement de la salle de mariage de la mairie, le renforcement des capacités des agents de la mairie par la formation et l’équipement technique, la construction d’une nouvelle gare routière, le reprofilage de certaines voies, l’aménagement de l’abattoir, sont pour nous, des priorités» précise Aboubacar Fofana, le nouveau maire de Man.

Parlant de certains projets qui n’ont pas été reconduits, Aboubacar Fofana reconnait que les priorités de la ville sont légions. C’est pourquoi a- t-on réaffecter certains projets.  «La poursuite  de l’implication des feux tricolores a été suspendu au bénéfice des reprofilages des routes. Car nous avons un véritable problème de route ici à Man. Quand au festival des masques ‘’gueheva’’, la municipalité fera tout pour accompagner ce projet cher à la mairie » explique le maire.

Pour ce qui est du budget triennal c’est un montant global de 1.635.000.000 fcfa qui est prévu pour la réalisation des différents projets.

Le maire a par ailleurs exhorté les populations à s’impliquer dans la réalisation des actions municipales pour faciliter leurs mises en œuvre.

M. Gouassirou  Ernest Mathieu, secrétaire général 1 de la préfecture de Man a au nom du préfet salué la nouvelle équipe municipale avant de les a exhorter au travail pour le bonheur des populations.

Massa Souleymane

Mambe et kandia

Bingerville : Education Nationale/ Mambé lance la construction d’un lycée de 6 milliards de francs CFA

6 milliards de francs CFA. C’est le cout total du complexe éducatif en cours de réalisation à Eloka, dans la commune de Bingerville. La cérémonie de pose de la première pierre a eu lieu ce jeudi 24 Janvier 2018 à Eloka, sur le site devant accueillir cette infrastructure que l’initiateur principal, Robert Beugré Mambé, Gouverneur d’Abidjan qualifie de « futuriste » en présence des ministres Kandia Camara de l’Education Nationale et Danho Paulin Claude des Sports.

Il s’agit d’un établissement baptisé « lycée Régional de Bingerville » qui sera bâti sur une superficie de 15 hectares. Il aura une capacité d’accueil de 3000 élèves qui seront tous logés à l’internat. Cet édifice comprend 11 bâtiments de 6 classes en R+1 soit 66 salles de cours, 6 bâtiments en R+1 pour le logement des élèves et 48 logements pour les enseignants et personnel administratif.

Le futur lycée régional de Bingerville comprendra également un bâtiment administratif, une infirmerie, une bibliothèque, une piscine et un terrain de sport multiple. Toutes les commodités pour permettre aux futurs occupants de travailler dans des conditions adéquates. 

Visiblement heureuses, les populations par la voix de Affran Raphael ont salué, sous un tonnerre d’applaudissements, ce projet qui va davantage contribuer au développement de leur localité.

Satisfaite de l’initiative du gouverneur Mambé, Mme Kandia a reconnu et loué les efforts consentis par le ministre-gouverneur depuis sa nomination à la tête de cette institution. Elle l’a surtout remercié pour ses réalisations, en matière d’éducation, qui viennent à n’en point douter, apporter un pas de géant dans la politique du président de la République, Alassane Ouattara. 

Pour Mambé, cette action rentre dans le cadre général de la politique du gouvernement de Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, il a dit que la collectivité qu’il dirige ne ménagerait aucun effort pour apporter sa pierre à l’édification du système scolaire ivoirien, dans le District autonome d’Abidjan notamment.

Il a annoncé le prolongement du bitume dans cette localité. Mais en plus du lycée, il compte avec son Conseil bâtir pour cette année 2019, quatre (4) autres établissements dans les autres sous-préfectures d’Anyama et de Songon.

Beugré Mambé a également salué les villageois qui ont accepté de mettre gracieusement ce site à la disposition du District d’Abidjan pour la construction de ce Lycée mixte dont la fin des travaux est annoncée pour décembre 2019.  

Il est important de signaler la présence, lors de cette cérémonie, des représentants de la Banque ouest africaine de développement (BOAD), une forte délégation des chefs traditionnels et religieux et bien entendu des élus et cadres de la sous-préfecture de Bingerville. 

Source : DIRCOM D.A.A

prefet de Man Soro Kayaha

Man: Vœux de nouvel an/Les vérités crues du préfet aux populations

Le préfet de région du Tonkpi, préfet du département de Man, Soro Kayaha Jérôme a reçu le jeudi 24 janvier, les vœux des corps constitués. Au cours de cette cérémonie, il a mis en garde ses administrés contre l’incivisme qui gagne du terrain dans le Tonkpi, crachant des quatre vérités aux populations.

Aux transports, Soro Kayaha Jérôme a demandé de veiller sur l’état de santé de leurs véhicules, mais aussi, de les doter de toutes les pièces afférentes. Il a demandé à cette couche sociale d’extirper de ses rangs ceux qui ne sont pas des transporteurs et qui gangrènent le secteur. Car dit-il, ce sont ceux-là qui pourrissent le milieu du transport.

Répondant aux  doléances des artisans et commerçants, le  gouverneur n’est pas passé par mille chemins pour leur dire qu’il va en guerre contre l’incivisme dans sa région. « Vous les commerçants, avez  des manières insidieuses de contourner l’Etat. Si vous ne payez pas vos impôts et autres taxes, comment l’Etat pourrait construire les hôpitaux, les écoles et les routes ? » a-t-il interrogé. Aussi, demande-t-il aux artisans de s’organiser pour ne pas que les marchés leurs passent entre les mains.

A la jeunesse qui sollicite de l’aide pour sa survie, Soro Kayaha Jérôme les renvois, plus tôt, à la révision de leurs comportements. « Au lieu de sombrer dans la drogue, l’alcool et la prostitution qui noircissent votre avenir, organisez-vous pour monter des projets banquables et nous allons vous aider à les suivre. Si vous ne voulez pas vous courber parce que cela fatigue votre dos, vous resterez debout sans rien avoir. Engagez-vous dans tous les projets si vous voulez gagner de l’argent » conseille le préfet qui se dit prêt à accompagner toutes les bonnes initiatives.

Massa Souleymane

investiture- man

Man: Investiture de l’équipe municipale /Les engagements fermes du nouveau maire

Le stade Léon Robert de Man a refusé du monde, ce samedi 12 janvier. La nouvelle équipe municipale recevait officiellement la clé de la ville. Placée sous le parrainage de Ouattara Tené Brahima, ministre des affaires présidentielles, cette investiture était placée sous le sceau de l’union et du développement.

L’occasion a été donnée au nouveau maire, de faire sa première adresse aux populations manoises.  « Les élections sont loin derrière nous. L’heure est désormais à la concrétisation de nos promesses. Je suis le maire de tous les manois. Il n’y a ni vaincu ni gagnant. J’en appelle au rassemblement de tous les fils et filles de Man. Nous nous engageons à faire du développement de Man notre priorité », introduit Aboubacar Fofana.

Poursuivant, le nouveau locataire de la mairie a livré sa feuille de route pour sortir Man de sa léthargie.  « Les attentes étaient fortes au cours de la campagne. Je m’engage à être plus disponible et à votre écoute. Un engagement pour gérer avec rigueur les finances publiques. Les domaines prioritaires seront la solidarité et la cohésion sociale, la discipline et le civisme, le développement économique et les infrastructures. Le reprofilage des voiries, la restauration des parcs, la construction d’un hôtel de ville pour redonner une image plus reluisante à notre ville. Man sera la plus belle ville de Côte d’Ivoire », a lancé le maire de Man.

Avant lui le ministre Konate Sidiki a, au nom des cadres, appelé les manois à faire bloc autour de la nouvelle équipe municipale en les aidant à travailler dans la quiétude.  « Les fils de Man ont décidé de s’unir autour de Man. Les populations ont besoin de nous. Nous n’avons pas le droit de les trahir. Il faut qu’on se mette ensemble pour sortir Man de sa léthargie », a-t-il dit.

Abondant dans le même sens le représentant du parrain, Traore Drissa, député de Ouangolodougou et le préfet de région préfet du département de Man, Soro Kayaha Jérôme ont exhorté la nouvelle équipe au travail bien fait, dans la paix, la Concorde et dans la cohésion sociale pour le bonheur des manois. 

Massa Souleymane