festival de bouafle

Bouaflé: Le Festival de conte « Ahoko Kouah’in N’Gwa Gwa » a refermé ses portes

La 6ème édition du festival de conte dénommé «Ahoko Kouah’in N’Gwa Gwa » organisé par la Mutuelle de Développement de Krigambo a refermé ces portes le week-end dernier. Ce festival de contes, lancé le 14 décembre 2013, est entré, le week-end dernier, dans sa 6ème phase effective à Kringambo, bourgade située à 18km de Bouaflé sur l’axe qui mène à Zuénoula, dans la région de la Marahoue. 

L’objectif premier de cet festival est de maintenir l’idée de toujours aimer les contes, et de garder en mémoire «les dépositaires de contes» dont Ahoko Kouah’in Gilbert, grand conteur en son temps et décédé le 10 février 2012, qui ne sachant pas lire, faisait de son mieux pour que le conte soit un art praticable par tous.

Ce festival qui a réunis plusieurs célèbres conteurs de la région, s’est articulé autour de trois axes. A savoir, une « veillée de contes traditionnels », dits par les villageois, chacun dans sa langue maternelle. Ensuite des prestations, où chaque conteur et son équipe viennent exprimer leur talent et leur savoir-faire en matière de contes. Et enfin, une note est donné à « une exposition d’anciens objets d’art des groupes ethniques participants ». 

Pour les organisateurs, il s’agit de susciter un regain d’intérêt pour le conte traditionnel africain. Ils souhaitent créer une plate-forme de promotion et d’expression libre du conte traditionnel africain et encourager une plus grande pratique des langues maternelles ivoiriennes, par le recueil, la transcription, la tradition et la publication des contes africains.

Cette 6ème édition, a vu la participation du  groupe artistique ‘’Zomassa’’  de Daloa,  des célèbres conteurs Alexis Djisso de l’émission ‘’Mensonges du soir’’ de Zou Michel, de Frotomougou des Tous-Petits.

Ce festival a refermé ses portes par la dédicace du recueil de contes écrit par l’initiateur, Koffi Koffi Didier, intitulé « les contes d’Ahoko Kouah’in : La jeune fille, le génie et le cheval».

Sylvain Faithè

Man: 2ème édition du ‘’Tonkpi Nihidaley festival’’/Le premier ministre annonce de nombreux projets

La deuxième édition du festival des arts et de la culture Dan, dénommé ‘’Nihidaley’’  (l’apaisement de l’âme en langue yacouba) a connu sa vitesse de croisière le samedi 08 décembre dernier. Le premier ministre, ministre du budget et du portefeuille de l’Etat, Amadou Gon, parrain de cette deuxième édition, qui était très attendu, en a profité pour annoncer des grands chantiers dans la région.

Le chef du gouvernement a salué le ‘’Nihidaley’’  qui a l’en croire, vient promouvoir la culture et le ‘’vivre ensemble’’ entre les différents peuples. Le festival ‘’Nihidaley’’  constitue un moment fort de la vie sociale et économique du peuple Dan. « Je loue cette initiative qui veut faire du Tonkpi un grand pôle de développement économique. Elle favorise le développement d’une économie locale, la création de plusieurs infrastructures sociales et économiques et valorise le patrimoine culturel, historique et touristique local » a confié le premier ministre qui avait à ces côtés les ministres Mariatou Koné, Jean Claude Kouassi, Albert Mabri Toikeusse et le grand médiateur de la République, Adama Tounkara.

Poursuivant, le premier ministre a annoncé que plusieurs grands projets sont en cours dans la Région du Tonkpi notamment au niveau de l’électricité, l’adduction en eau potable, la construction d’infrastructures sanitaires et universitaires. «  Le gouvernement poursuivra sa dynamique de développement engagé dans le Tonkpi dont les fruits sont perceptibles dans la région. L’électricité: des investissements de plus de 68 milliards, dont l’électrification et l’extension du réseau électrique ; 15 mini adduction d’eau 500 forages en Cours de réalisation. Dans le secteur de l’éducation, l’université de Man qui est fonctionnelle, aura bientôt son laboratoire universitaire, la future tranche de l’université fait l’objet de négociation. Dans le domaine de la santé, la période 2019-2020, verra la pose de la première pierre du nouveau centre hospitalier régional de Man avec une unité d’hémodialyse d’un coût de 30 milliard fcfa ainsi que la construction d’un hôpital général à Danané » a annoncé le premier ministre.

Pour ce qui est de la voirie de Man, préoccupation majeure des manois, le premier ministre a rassuré les populations sur le règlement définitif de ce problème courant 2019.

Concernant les  récents affrontements à Zouan-Hounien et Danané, le premier ministre a exhorté les populations du Tonkpi à bannir la violence et à promouvoir la paix et la cohésion sociale. Ce qui garantirait le développement.

Avant lui, ce sont les ministres Mabri, président du Conseil régional du Tonpki et Jean Claude Kouassi  porte-parole du peuple Baoulé (ethnie invitée pour cette 2eme édition) ont tous salué le premier ministre pour toutes les actions accomplies et ce qui sera bientôt fait.

Notons que le festival ‘’Nihidaley’’ a démarré depuis le 1er décembre par un cross populaire. C’est un festival de promotion et de valorisation de la culture Dan.

Au menu, il y avait des danses, chants, concours gastronomiques, concours de la beauté (singa), jeux patrimoniaux. L’innovation cette année, c’est que les femmes et les enfants ont eu une place de choix dans les activités du festival. Le pays invité de cette édition est la Chine.

Massa Souleymane

MONDOUKOU 1 (2)_edited

Côte d’Ivoire : Plus de 1,5 millions de touristes enregistrés en 2018

Instituée en 1980, la journée mondiale du tourisme a été célébrée le jeudi 27 septembre. Et a été consacrée à la transformation du numérique et à l’innovation. En Côte d’Ivoire, cette célébration a été marquée par la propreté des plages.

« Un tourisme qui s’appuie sur l’innovation et sur les progrès numériques aura plus de possibilités d’améliorer l’exclusivité, l’autonomisation des populations locales et l’utilisation rationnelle des ressources, entre autres objectifs resitués dans le contexte plus large du processus de développement durable » a déclaré Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’OMT.

Selon le baromètre du tourisme, le monde entier enregistre 1,323 milliards de touristes et a généré un chiffre d’affaire de 1400 milliards de dollars au cours de l’année 2018.

La Côte d’Ivoire a, selon Seke Essoh François, directeur régional de l’office de la promotion du tourisme, accueilli au cours de cette année 1,5 millions touristes. Ce qui a permis au tourisme d’engranger la bagatelle de 447 milliards de FCFA, une nette amélioration de 7% comparativement aux années antérieures.

L’objectif du cadre choisi pour la célébration de cette journée est surtout de sensibiliser les populations et acteurs de la salubrité sur la nécessité de garder les plages ivoiriennes propres. Car elles attirent plus de touristes.

Du matériel de nettoyage des plages a été remis au comité local.

Mondoukou, coquette localité située à environ 5 Km au sud de Grand-Bassam a été choisie pour la célébration de la 38ème édition.

Une opération ‘‘plage propre’’ a été organisée ce samedi 29 septembre par l’association pour la promotion du tourisme en Côte d’Ivoire (APTCI), en collaboration avec Horest.

La journée mondiale du tourisme vise à sensibiliser la communauté internationale sur  l’importance du tourisme et à sa valeur du point de vue social, culturel, politique et économique. C’est aussi le lieu d’évoquer les défis mondiaux contenus dans les objectifs du millénaire pour le développement énoncés par les Nations-Unies et de souligner la contribution que peut apporter le tourisme à la réalisation de ces objectifs.

Bosco de Paré

mini-varietocope bke 2018

Bouaké : Art et culture/Le rideau est tombé sur la 3e édition des activités de vacances ‘’BAKAN YOLIE’’

Depuis maintenant trois ans, la directrice des services sociaux-culturels et de la promotion humaine de la mairie de Bouaké, a initié des activités de vacances de mini-variétoscope dénommée « BAKAN YOLIE ». Cette troisième édition a refermé ces portes le samedi 1 Septembre 2018, au palais du carnaval de Bouaké, en présence de plusieurs autorités de la ville. L’objectif de cette activité de vacances est de permettre aux enfants de la région de pouvoir s’occuper sainement en vue de ne pas s’adonner aux vices.

« Cette activité qui est à sa troisième édition est d’occuper sainement les enfants pendants les vacances et aussi de les éduquer » a précisé Mme Diallo Massira, directrice des services sociaux-culturels et de la promotion humaine de la mairie de Bouaké.

’La valorisation du patrimoine culturel, régional, moteur d’un développement durable’’ tel est le thème de cette année. A travers ce thème, Mme Diallo, veut faire connaitre aux enfants le patrimoine culturel de la région de Gbêkê.

Des groupes d’enfants venus des quartiers Nimbo, Air-France, Kouassiblekro et Ahougnansou ont compéti  dans plusieurs disciplines ; conte et légendes, danse traditionnelle, culture générale etc.

Le vice-président communal des jeunes de Bouaké, Silué Bakary Tello a traduit toute sa reconnaissance à Mme Diallo Massira pour cette initiative.

« Vous savez pendant les vacances, quand les jeunes ne sont pas occupés, ils peuvent s’adonner à plusieurs vices tels que la consommation de la drogue, le banditisme, l’alcool, le vol etc. Et nous entant que premier responsable des jeunes, nous ne pouvons pas rester en marge de cette activité. Nous sommes venus au nom du président communal des jeunes  apporter notre soutien à notre sœur pour cette belle initiative » a indiqué le vice-président communal des jeunes de Bouaké.

Ces enfants ont été récompensés par des Kits scolaires et par des bons d’achats de fourniture. Rendez-vous est donc pris  pour la 4e édition.

Sylvain Faithè

DJ Arafat

Abidjan : DJ Arafat condamné à 1 an de prison ferme

L’artiste ivoirien DJ Arafat a été condamné, ce vendredi, à 1 an de prison ferme et d’une amende de 20 millions F Cfa. C’est une décision du tribunal d’Abidjan Plateau, dans l’affaire opposant l’artiste au père d’un de ses danseurs, qu’il a battu.

Le tribunal d’Abidjan Plateau a rendu son verdict dans l’affaire opposant Dj Arafat au père de son danseur qu’il a tabassé chez lui, le montrant en direct sur les réseaux sociaux.

Le tribunal a condamné l’artiste à 1 an de prison ferme et a une amande de 20 millions de f fca. DJ Arafat étant hors du pays, un mandat d’arrêt avec ‘’effet immédiat’’ a été lancé contre lui.

Cette condamnation a été saluée par la partie plaignante qui s’est réjouie de ce que justice ait été faite.

Hervé Naï, le père du danseur, s’est réjoui de cette décision, parce que justice a été rendu, même s’il affirme qu’il ne voulait pas que l’artiste aille en prison.

Dj Arafat a bastonné et déshabillé un de ses danseur qui vivant chez lui. Il l’accusait d’avoir pris de la drogue. Au moment de la bastonnade, la scène a été filmée en directe sur les réseaux sociaux. Le père du jeune homme a alors porté plainte contre Dj Arafat, pour coups et blessures suivis de l’humiliation de son fils.

Dj Arafat étant hors de la Cote d’Ivoire, l’on attend de voir s’il sera vraiment arrêté et conduit en prison.

Brigitte Angoua (sources : Life Mag)

TM-Unjci

Presse ivoirienne : UNJCI/Traoré Moussa fait son bilan

La cérémonie a débuté par le passage des différentes associations professionnelles de la presse qui se sont succédé à la tribune pour exprimer leur soutien à l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI). Ce sont entre autres l’Acepnuci de Germain N’Dri, Fernand Dédé pour l’Olped, fordpci de Tra bi Lambert et autres qui ont, à leur manière, félicité le bureau de l’unjci pour son travail et le courage dont il fait montre, pour permettre à la structure d’être une organisation incontournable au plan national et international.

Au chapitre du bilan moral, le président Moussa Traoré n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction quant aux bonnes actions menées par l’unjci.

Avec son équipe, il a pu faire l’acquisition de la personnalité juridique de l’union. Le code QR pour permettre l’identification des journalistes de l’union, la création d’un compte WhatsApp et autres.

Concernant le bilan financier, le président MT après avoir énuméré les dépenses de l’unjci, a annoncé la disponibilité d’une somme de 10.000.000 francs dans les caisses de l’Union.

Après lui, le micro est revenu à l’assemblée pour se prononcer sur le bilan qui a été jugé positif. Les participants à cette assemblée générale ordinaire qui sont intervenus tour à tour, ont apprécié le travail du bureau et, souhaité que les choses s’améliorent pour le bonheur des journalistes de Côte d’ivoire.

Arouna Koné

Photo masques man

Totodrou : Sortie de masque/ Fraternité et cohésion au cœur des festivités

Le village centre de Kordrou dans la sous-préfecture de  Totodrou était en ébullition, ce samedi 14 avril dernier. La raison, le ‘’Sohotahouo’’, masque sacré de Nenandrou, faisait sa sortie officielle. Organisé par la mutuelle des jeunes de Kiedy (MUJEK ) et placé sous le parrainage de Boueka Nabo Clément, maire de San-Pedro cette sortie était riche en chants, en danses et en démonstration.

C’est une pléiade de masques qui était venue de tout le Guemon pour soutenir leur paire de Nenandrou.

Pour le président de la mutuelle, Guei Yoro Samuel, par ailleurs SG de la mairie de San-Pedro, la sortie d’un masque en pays we est synonyme de fête et de liesse populaire. C’est pourquoi cette fête a été placée sous le sceau de la ‘’Fraternité et de la cohésion sociale’’. « La chose culturelle nous tient à cœur. Quand on a tout perdu, ce qui nous reste est notre culture. Quand notre village reçoit plus d’une centaine de masques venus des 4 coins du Guemon, nous ne saurions rester en marge de ces festivités », a- t-il dit avant de souligner que cette fête viendra faire ressortir les potentialités culturelles du village et booster son développement local.

Le directeur de cabinet du maire Nabo Clément (parrain de la cérémonie), Bamba Bourahima a salué le peuple wê pour sa diversité et ses valeurs fraternelles. Il les a exhortés à l’union et la cohésion sociale, seul gage de développement. Il a, toutefois, rassuré le peuple wê quant au soutien indéfectible de la mairie de San- Pedro.

« Le peuple wê est connu pour sa diversité culturelle. Vous avez démontré votre volonté pour la paix et la cohésion sociale en invitant tous les villages frères de la sous-préfecture de Totodrou et ceux du Guemon. Je vous exhorte à continuer dans ce sens et de semer la graine de l’union pour le  développement de votre village », a indiqué Bamba Bourahima.

5 articulations ont meublé ces festivités. La sortie des masques comédiens,  des masques danseurs et des masques du centenaire (masque sacré), les bénédictions du  masque sacré, le Klohouatin  et  la visite du village  des masques.

Chants et danses ont constitué le menu des festivités de cette sortie de masques.

Le village centre de  Kordrou compte 3 villages dont Nenandrou qui officialisait la sortie de son masque centenaire. Gueissraisbly et Ganhouo sont les deux autres villages.

Massa Souleymane

Exif_JPEG_420

Gagnoa: Présélection régionale concours Awoulaba/Marie France victoire règne sur le Goh

La région du Goh a organisé sa présélection régionale du concours de beauté de la femme africaine Awoulaba. Cette deuxième étape des présélections de ce concours national, qui s’est déroulée au lycée professionnel de Gagnoa, a vu le sacre de dame Dally Marie France victoire comme ‘’Awoulaba’’ de la région du Goh.

Prévu pour 20h, c’est à 22h30 que la fête a démarré avec les prestations des artistes locaux, Mira belle, Dieseii et le maitre de la parole, qui ont réveillé le public.

Ainsi, après les tes trois défilés des 9 candidates dans les trois tenues, le jury présidé par Bahi Tra Bi Gérard a fait son choix.

Avec 140 points sur 150, Sally Marie France Victoire, candidat numéro 3 a été désignée  ‘’Awoulaba’’. Agée de 37ans, célibataire et mère de 3 enfants elle est caissière. Kouame Francine sa première saraman a obtenu 120 points. Âgée de 33ans, célibataire mère de 3 enfants, elle est assistante admirative. Agbin Beché Chiadon Marie Claude, la deuxième Saraman a 41 ans, célibataire mère de 2 enfants elle est commerçante.

Après avoir dit sa joie d’avoir réussi son pari, malgré les difficultés  rencontrées, Dr Zagadou Depri Firmin, président CACI- Goh a plaidé pour la mobilisation de l’ensemble des cadres autour du concours.

L’autre attraction de la fête a été la participation de l’artiste Lato Khrespino qui a tenu  le public en haleine jusqu’à 2h du matin.

Massa Souleymane

Horest tof

Tournoi international de pétanque d’Abidjan : ‘’Horest’’ sort le grand jeu

La ville de Grand Bassam abrite, depuis ce samedi la première édition du Tournoi international de pétanque d’Abidjan (Tipa 2018). Une compétition qui n’aurait pas connu le succès nécessaire sans la contribution significative d’un partenaire, l’Association des hôteliers, restaurateurs et agents du tourisme (Horest) de Grand-Bassam. En effet, l’organisation de cette rencontre internationale a été confiée aux hôteliers avec à leur tête, le président de Horest Ouattara Lancina.

« L’organisation a été confiée à ‘’Horest’’ quand l’hébergement et la restauration ont été l’affaire de ‘’Warf hôtel’’ et ‘’International hôtel’’. Nous avons fait une réduction de 15% sur les chambres. C’est notre contribution à la promotion de la pétanque en Côte d’Ivoire, mais aussi et surtout pour rester toujours dans l’élan 13 mars 2016 », a précisé le président Ouattara Lancina.

« Ce tournoi est pour nous, l’occasion d’amener les gens à venir et à dormir à Bassam. Nous voulons amener les gens à fréquenter à nouveau Grand-Bassam, après ce qui s’est passé, il y a deux ans. Les gens sont venus de partout dans le monde, Madagascar, France, la Réunion et de pratiquement tous les pays d’Afrique. Environ un millier de personnes sont là », a ajouté le patron des hôteliers de Grand-Bassam, qui se veut reconnaissant envers tous ceux qui ont rendu ce rendez-vous possible.

« Je remercie la Fédération ivoirienne de pétanque pour l’acte qu’elle a posée en choisissant Grand-Bassam pour abriter la compétition. Je remercie également le président de la Fédération marocaine de pétanque, M. Mamhoud qui a accepté de parrainer la compétition. C’est la première édition, nous souhaitons qu’elle reste définitivement à Grand Bassam », a plaidé le président de ‘’Horest’’.

Souhaitant rééditer l’exploit, l’année prochaine. M. Ouattara n’oublie pas de remercier aussi les partenaires et tous les pays qui ont fait confiance à la Côte d’Ivoire, en effectuant le déplacement de Grand-Bassam. « Les participants sont très contents de l’accueil et de la restauration ivoirienne. Bassam renait petit-à-petit, et nous avons espoir que les choses iront dans le bon sens », assure-t-il.

L’attaque terroriste du 13 mars 2016 a, au dire du président Ouattara handicapé le développement du tourisme à Grand-Bassam. « Déjà qu’il n’y avait pas d’embellie avec les différentes crises socio-politiques que notre pays a connues. Le 13 mars est venu plomber le peu d’espoir que nous avions pour relever la filière touristique à Grand-Bassam. Nous avons donc constaté une baisse drastique des activités touristiques à Grand-Bassam. Tout simplement le tourisme a pris un coup », confie-t-il.

Depuis lors, le président de ‘’Horest’’ multiplie les actions en vue de repositionner la destination touristique de Grand-Bassam dans le cœur des touristes nationaux et internationaux qui, pris de peur après l’attaque du 13 mars 2016, ont abandonné la destination Grand-Bassam.

Arouna Koné

gd bassam

Grand-Bassam : Concert de l’espoir en la mémoire des victimes de l’attentat du 13 mars 2016

Un concert dénommé « Concert de l’espoir » a été organisé, ce vendredi 30 mars 2018 par l’association des hôteliers, restaurateurs et agents du tourisme de Grand-Bassam (horest) en la mémoire des victimes de l’attaque terroriste du 13 mars 2016. Le giga concert s’est déroulé à la plage de la ville historique de Grand-Bassam dans la soirée, avec plus 30 prestations live, semi-live et play-back.

Tous les rythmes musicaux en ont été visités, du zouglou au coupé-décalé en passant par le reggae, la rumba, le naija nigérian, le high-life ghanéen y compris l’humour pour permettre aux nombreux publics de passer une bonne soirée. Sans oublier les restaurants flottants et les maquis, côté nourriture, pour le grand bonheur des populations qui ont effectué le déplacement.

La cérémonie a débuté dans l’après-midi par un dépôt de gerbe de fleur à la stèle dédiée aux victimes de l’attentat par le président Lancina Ouattara et les membres de Horest.

Au-delà de l’aspect festif, l’événement vise, selon le président de Horest, à repositionner la destination touristique de Grand-Bassam dans le cœur des touristes nationaux et internationaux qui, pris de peur après l’attaque du 13 mars 2016, ont abandonné la destination Grand-Bassam.

« Le concert de l’espoir, tout simplement parce que l’attaque terroriste du 13 mars 2016, a vraiment handicapé le développement du tourisme ici à Grand-Bassam. Déjà qu’il n’y avait pas d’embellie avec les différentes crises socio-politiques que notre pays a connues. Le 13 mars est venu plomber le peu d’espoir que nous avions pour relever la filière touristique à Grand-Bassam. Nous avons donc constaté une baisse drastique des activités touristiques à Grand-Bassam. Tout simplement, le tourisme a pris un coup et tout cela a eu un impact socio-psychologique et économique sur la population. C’est ainsi qu’en tant qu’opérateur économique, nous avons décidé d’organiser ce concert pour dire à la population que Grand-Bassam reste debout malgré cette attaque. La sécurité est revenue, il y a la possibilité de faire beaucoup de choses », a décliné le président de Horest. Lancina Ouattara.

A.K.