ivoire batiroute

A la découverte de ‘’IVOIRE BATIROUTE’’

La jeune société Ivoire Batiroute, à l’image des nombreuses entreprises qui fonctionnent dans le pays, fait sa route, malgré les vicissitudes énoncées par les uns et les autres dans l’acquisition et la réalisation des projets. Pour avoir une idée du fonctionnement de cette entreprise, l’Acepnuci a rencontré pour vous, le Directeur Administratif et financière, M. Koffi Bi Guillaume. Il nous parle de sa structure.

Monsieur. Koffi Bi Guillaume, bonjour, comment peut-on présenter Ivoire Batiroute?

C’est une société créée le 20 Octobre 2015. Elle intervient dans les domaines suivants: l’achat et la vente de terrains nus ou bâtis dans les zones urbaines et rurales. Le bitumage, l’assainissement et  l’électrification sont dans son domaine d’intervention. Son champ d’action s’étend à diverses autres activités : La canalisation –voierie & réseaux divers (VRD)- les prestations avec divers engins BTP/LOCATION. Son Siege social est à Abidjan  Cocody-riviera golf immeuble Zambèze 1er étage porte 325.

Quels sont les projets réalisés par la société depuis son existence?

En février 2017, nous avons obtenu un marché de rechargement des rues à AYAME (5km). En octobre 2017 un autre  marché de : travaux  reprofilage lourd et traitement de points critiques sur les routes en terre de la région du Tonkpi 25 km.

D’autres sont en cours de réalisation?

Il y a le Lotissement d’un site  approuvé de 48 ha à Bonoua face à la zone industrielle en partant à Aboisso. Et la construction de soixante (60) bâtiments moyens et haut standing sur la route de Bassam en passant par l’autoroute. 3 km  après  le village  Anani.

Quelles sont vos perspectives?

En termes de perspectives, plusieurs projets sont à l’horizon. C’est pourquoi, moins d’un an âpres sa création, le Directeur général M.LOGOSSINA OUATTARA a demandé et obtenu son agrément d’aménageur foncier en MARS 2016 sous le numéro 008 MCU/DGUF/SAJC. Je voudrais vous affirmer que la société Ivoire Batiroute a toutes les capacités requises pour intervenir dans les domaines précités. Ne cherchez plus loin, contactez Ivoire Batiroute : Boite postale 02 BP 469 Abidjan 02. Tel 22 43 62 56 -E-MAIL : ivoirebatiroute@gmail.com – Site web : www.ivoirebatiroute.ci

Réalisée par l’Acepnuci

livre sur dominique ouattara

Côte d’Ivoire : Des Ivoiriens sortent un film documentaire sur Dominique Ouattara

Dominique Ouattara, la première dame Ivoirienne est considérée comme la vagabonde de la charité. Ses actions en faveur des populations démunies, des enfants et des femmes à travers le monde attisent des admirations au sein de la société. Émus de ces œuvres caritatives, des hommes de la culture Ivoirienne ont réalisé un film documentaire et de témoignages. Une cérémonie officielle de présentation et dédicace de ce film tourné en deux temps (26 minutes et 52 minutes) a réuni ce lundi 11 décembre dans un espace de la place, acteurs et ministères.

Ce film documentaire retrace l’humanisme légendaire de Dominique Ouattara, première dame de Côte d’Ivoire avec des images et des témoignages à l’appui.

Inspirée par Almond William, président de la fondation des artistes africains, cette œuvre se veut un devoir de mémoire et de reconnaissance à l’égard de Dominique Ouattara.

À partir du 16 décembre il y aura une diffusion nationale. Une caravane est prévue à travers le pays afin de permettre aux Ivoiriens de bénéficier de ce film.

Tour à tour, Kouaho Éli, Téka, déjà Honoré, représentant respectivement les ministres de la culture, du transport et Beugré Mambé et Bailly Antoine ont promis leur soutien à l’équipe composée de Okoué Denis Laurent, Rodrigues Koffi (co producteurs) et Almond William. L’équipe présentera l’œuvre au festival de Cannes.

ACEPNUCI

soro-ado

Côte d’Ivoire: ’’Il ne saurait y avoir de crise entre Soro et moi’’ (Alassane Ouattara)

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara a déclaré, mardi, depuis Niamey où il a participé à un mini-sommet de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qu’il n’y a pas de crise entre le chef du Parlement Guillaume Soro et lui.

’’C’est un jeune homme que j’ai proposé à mon parti pour occuper le poste de président de l’Assemblée nationale. Il ne saurait y avoir de crise entre lui et moi’’ a répondu M. Ouattara à la presse qui l’interrogeait sur ses relations avec Guillaume Soro, expliquant que ’’ au moment où il (M. Soro) prenait fonction au parlement, j’étais président du Rassemblement des républicains (RDR), dont il fait partie jusqu’à preuve du contraire’’.

Concernant l’incarcération du Directeur de protocole de l’Assemblée nationale, Soul to Soul, poursuivi pour ’’atteinte à l’autorité d’Etat’’, M. Ouattara a indiqué que ’’ce n’est pas normal qu’on découvre six tonnes d’armes chez une personne’’.

’’ La Côte d’Ivoire est un pays de droit. Cette personne a été placée sous mandat de dépôt. Nous laissons la justice faire son travail’’, a-t-il exhorté.

A son retour, dimanche, après un séjour de plus de deux mois en Europe, Guillaume Soro avait souligné les ’’bonnes relations’’ avec le président ivoirien qu’il ira ’’voir en toute humilité’’ dans les prochains jours.

’’En ce qui concerne, mes relations avec le président de la République, je peux vous assurer qu’elles sont bonnes. Je m’emploierai en toute humilité que ma relation avec le président de la République soit toujours bonne. D’ailleurs, dans les prochains jours, en toute humilité j’irai voir le président de la République pour parler avec lui’’, avait déclaré M. Soro.

HS/ls/APA

Source:Abidjan.net

DSC3509-1

3ème édition de la JNP : l’Etat opte pour la formalisation des acteurs du secteur informel, afin de rendre plus compétitive l’économie nationale

La troisième édition de la journée nationale de partenariat État/Secteur Privé (JNP 2017) organisée par le Secrétariat exécutif du Comité de Concertation État /Secteur Privé (CCESP) avec l’appui des partenaires du Dialogue Public Privé aura lieu le 13 novembre prochain au Sofitel Hôtel-Ivoire-Abidjan. ‘’Encadrement du Secteur informel : source de croissance et de compétitivité de notre économie’’, tel est le thème retenu pour cette édition.

Cette journée a pour but de renforcer la vision partagée et complémentaire entre l’État et le Secteur Privé pour l’atteinte les objectifs de développement socio-économique du pays par la transition du secteur informel vers un cadre plus formel.

Ainsi, un accent particulier sera mis sur l’encadrement de ce secteur qui, en faveur de la longue période d’instabilité qu’a connue le pays, a contribué à une réduction subséquente de l’emploi, devenant un levier considérable de l’économie nationale.

L’Etat ivoirien entend donc structurer ce secteur d’une part pour la constitution d’un tissu d’entreprises compétitives indispensables à la croissance économique et d’ autre part pour le renforcement du Dialogue public Privé ; d’autant plus que 609 700 unités de productions informelles ont été identifiées, selon les travaux de la Commission de la Réforme fiscale en 2015, a fait savoir le Secrétaire exécutif du Comité de Concertation Etat Secteur Privé, Mariam Fadiga Fofana, lors de la cérémonie de lancement de la 3ème édition de la JNP, le mardi 1er août dernier à Abidjan.

Le Secrétaire exécutif du Comité de Concertation Etat Secteur Privé estime que le potentiel fiscal considérable de ces unités de production informelles reste encore à définir, mais reconnaît que leur prise en compte effective aurait « une incidence positive sur les ressources intérieures de l’Etat », pour contribuer à redynamiser l’économie nationale.

La rencontre de novembre va donc porter sur les différents axes de collaboration à développer avec le secteur privé dans son ensemble, la stratégie nationale pour un meilleur encadrement du secteur informel en vue de favoriser l’éclosion d’une économie plus structurée.

Et cela passe par des innovations importantes telles que les «Sides Events » qui permettront d’offrir aux entreprises informelles un temps d’échanges avec les structures publiques et privées concernées par le processus de formalisation.

En outre, la conférence inaugurale portera sur la thématique suivante : « Enjeux de la formalisation de l’économie pour le partenariat Etat/Secteur Privé en Côte d’Ivoire». Elle sera prononcée par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et Jean-Marie Ackah, président du patronat. A ces interventions, s’ajouteront les panels de haut niveau, les rencontres B to G, de même que les Awards du partenariat.

Par ailleurs, le comité d’organisation rassure les différents acteurs quant au déroulement pratique de cet événement auquel seront conviés les partenaires au développement, la société civile, les missions diplomatiques, la Banque mondiale, les organisations sous régionales (CEDEAO, UEMOA), la presse, etc.

Rappelons que l’édition 2016 de la JNP, autour du thème ‘’enjeux d’un dialogue public privé constructif pour la vision 2020 de notre économie’’, a enregistré 3226 participants, dont 615 opérateurs économiques, 22 administrations publiques, 1517 visiteurs pour 14 stands de structures privées et publiques. Plus de 3mille personnes sont attendues à cette 3ème édition de la JNP.

Source:Abidjan.net

COP23-Ouloto-Abidjan-0008

En prélude à la COP 23: Anne Ouloto recommande aux participants la discipline

’L’image de notre pays dépend de nos faits et gestes face à la communauté internationale. Nos actes doivent donc témoigner de la grandeur de notre patrie. Toute chose qui exige de chacun des participants une discipline et le respect scrupuleux des lois allemandes. Toute transgression ou déviation de tout un membre de la délégation ivoirienne, entrainerait bien évidemment des sanctions et une interdiction formelle de participer à une prochaine COP’’. Telle est la quintessence de l’appel lancé, le mardi 24 octobre 2017, par le Ministre Anne Désirée Ouloto aux personnalités et structures devant prendre part, dans deux semaines à Bonn, à la Conférence des parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). C’était en présence des Ministres Raymonde GOUDOU Coffie et Alain Richard Donwahi, ainsi que de nombreux partenaires techniques. C’était dans la salle de conférence de la CRRAE UMOA, au Plateau.

Dans son intervention, le Ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable (MINSEDD) a informé que la Côte d’Ivoire a acquis un stand de 100 m2 qui facilitera les réunions et séances de travail des parties prenantes, et dont l’exploitation sera soumise à un manuel de procédure. Anne Ouloto a également recommandé à chaque participant de communiquer au secrétariat du stand, le point de ses activités et la liste des événements auxquels il aura pris part. ‘’Cette directive s’inscrit dans la volonté du MINSEDD d’optimiser la participation de la Côte d’Ivoire et de tirer un maximum de profits de chaque action de la délégation ivoirienne, que nous soyons du secteur public, du secteur privé ou de la société civile’’, a-t-elle expliqué.

‘’A ce jour’’, a ajouté le Ministre en charge de l’Environnement, ‘’250 personnes ont été accréditées et la procédure d’accréditation suit son cours’’. Comme on peut s’en convaincre, cette tribune fut une aubaine pour le MINSEDD pour situer une fois encore l’enjeu de ce rendez-vous mondial mais surtout l’engagement sans faille de la Côte d’Ivoire à tenir ses engagements dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat.

Le Ministre Raymonde Goudou Coffie, Ministre de la Santé et de l’Hygiène a pour sa part démontré que les changements climatiques influent sur la santé des populations. ‘’Entre 2030 et 2050, l’on estime à environ 250 000 décès par an du fait des catastrophes naturelles et changements climatiques’’, a indiqué Mme Goudou Coffi. ‘’Raison pour laquelle l’Etat ivoirien est pleinement engagé dans cette mobilisation mondiale’’, a-t’ elle relevé.

Sur le même registre, Alain Richard Donwahi, Ministre des Eaux et Forêts, a communiqué sur l’impact des changements climatiques sur la préservation des forets en Côte d’Ivoire. Optimiste cependant, il a indiqué que la Déclaration de politique générale de préservation des forets connaitra une mise à jour avec l’adoption d’une nouvelle déclaration y relative dans l’optique de préserver le couvert végétal.

A titre d’information, la COP 23 se tiendra à Bonn en Allemagne du 6 au 17 novembre 2017. Sa principale visée est d’obtenir les mécanismes de mise en application de l’Accord de Paris sur le Climat signé en 2015.

Source:Abidjan.net

UNHCR-0001

Unies dans l’Action, les Agences du Système des Nations Unies célèbrent la journée des Nations Unies en Côte d’Ivoire

Ce Mardi 24 octobre 2017, les Agences du système des Nations Unies en Côte d’Ivoire ont célébré la journée des Nations Unies, jour d’anniversaire de l’entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies en 1945. Cette commémoration permet aux gouvernements et aux peuples de réaffirmer leur foi dans le but et principe de la Charte.

Précédemment célébrée en Côte d’Ivoire par l’Opération des Nations Unies (ONUCI), l’édition 2017 a été organisée par le Système des Nations Unies (SNU), regroupant toutes les agences des Nations Unies en Côte d’ Ivoire.

Cette commémoration s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Delivering as one » (DaO), soit « Unis dans l’Action ». Pour les agences du SNU, l’éradication de la pauvreté, la lutte contre le changement climatique et la création de sociétés pacifiques et inclusives pour tous d’ici 2030 ne seront possible qu’avec une mise en œuvre plus rapide des Objectifs de développement durable (ODD) ainsi que l’effort conjoint des partenaires et du gouvernement.

Sous la houlette de M. Mohamed Askia Toure, Représentant du HCR, Représentant du HCR, Président du Groupe de la Communication des Nations Unies et Coordonnateur Résident par intérim, plus d’une dizaine de Représentants des Agences du Système ont échangé, ce mardi autour d’un petit déjeuner de presse au siège de l’OMS, avec les medias sur les ODD.

A Abidjan, ces célébrations se dérouleront toute la semaine, et seront l’occasion de réaffirmer l’engagement des agences dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) et du « One UN ».

Source:Abidjan.net

IMG_0261(11)

Hommage à Hortense Aka Anghui: La ministre Mariatou Koné sonne la mobilisation des femmes

 » Aujourd’hui nous parlons de leadership féminin, d’autonomisation de la femme…ce sont des valeurs qu’incarnaient madame Hortense Aka Anghui… Elle a été la 2eme femme Ministre en charge des femmes, elle a été la deuxième présidente de l’AFI (Association des Femmes Ivoiriennes), elle a été la première femme Maire de Port-Bouët, ce jusqu’à son décès, Bien que militante active du PDCI-RDA, madame Hortense Aka Anghui n’appartenait plus à son seul parti politique. Elle
appartenait à toutes les couches de la société. Pour toutes ces raisons, elle mérite d’être célébrée, un vibrant hommage avant son ultime voyage », c’est l’appel qu’a lancé la ministre Mariatou Koné ce mardi 24 octobre à l’endroit des femmes de Côte d’Ivoire en prélude à la cérémonie hommage prévue pour ce jeudi 26 octobre à la sale Anoumabo du Palais de la Culture de Treichville. C’était au cours d’une réunion avec les femmes leaders d’opinion dans toute leur diversité. Chacune est venue apporter de la sienne pour la réussite de la cérémonie d’hommage à celle qui fut ministre de la promotion de la femme de 1986 à 1990. Selon la ministre Mariatou Koné, la cérémonie du jeudi 26 octobre sera meublée de recueillement, de témoignages poignants, mais aussi de fête « parce qu’elle a partagé et communiqué de la joie pendant toute sa vie sur terre.  » Quelques soit l’endroit où se trouvent les femmes qu’elles sortent comme un seul homme pour rendre un vibrant hommage à madame Hortense Aka Anghui, notre mère, notre maire, notre soeur » a lancé la ministre Mariatou Koné pour une mobilisation exceptionnelle ce jour là.
Une chapelle ardente en sa memoire est installée dans les locaux du du Ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité (TOUR E 16e étage )afin que les visiteurs s’y recueillent et prient pour son repos éternel.

Source:Abidjan.net

monnaie-unique-

Bilan de la 4ème Réunion du Groupe de Travail de haut niveau sur la monnaie unique

Le Chef de l’Etat a fait le bilan de la 4ème réunion du Groupe de Travail de haut niveau sur la monnaie unique de la CEDEAO, à Niamey

Au terme de la quatrième réunion du Groupe de Travail de haut niveau sur la monnaie unique de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui s’est tenue ce mardi 24 octobre 2017, à Niamey, en présence des Présidents du Niger, du Ghana, du Nigéria et du Togo, le Président Alassane OUATTARA, a fait le bilan de cette rencontre.
Le Chef de l’Etat a estimé que les pays membres de la CEDEAO doivent tout mettre en oeuvre pour aboutir à une monnaie unique dès 2020. Dans cette perspective, il a indiqué que l’échéance de 2019 sera déterminante, au vu de la capacité de chaque pays à respecter une liste de critères essentiels.
Sur ce point, il a rassuré que la Côte d’Ivoire, pour sa part, est à même de respecter ces critères pour 2019, notamment la mise en oeuvre de certaines politiques de convergences, de mesures structurelles et budgétaires ainsi que d’autres actions relatives à la maitrise des taux d’inflation, des déficits budgétaires, du financement du déficit et de la dette extérieure.
Pour le Président Alassane OUATTARA, la volonté politique des pays membres est primordiale à la réussite de ce projet. Aussi, les a-t-il exhortés à avoir la même vision et à accepter la surveillance mutuelle et internationale de leurs économies.
Pour terminer, il a indiqué que les Chefs d’Etat ont mis en place un Comité inter- ministériel avec pour mission de fournir, dans les trois (03) mois à venir, un rapport sur la base duquel sera faite une réévaluation du processus.

Source:Abidjan.net

sifca-belge-

Une Délégation d’hommes d’affaires en visite chez SIFCA

Une Délégation d’hommes d’affaires conduite par S.E. Pierre-Yves JEHOLET, Vice-Président du Gouvernement wallon et Ministre de l’Économie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation s’est rendue, ce jour 24 octobre 2017, à 15h, au siège du Groupe SIFCA.
La Délégation Belge a été accueillie dans les locaux de SIFCA par M. Alassane DOUMBIA, PCA du Groupe qui avait à ses côtés M David BILLON, Administrateur SIFCA et DG de BIOKALA et Nazaire GOUNONGBE, DGA de SIFCA.
Forte de sept (07) membres, la délégation Belge a eu droit à une présentation du Groupe SIFCA, ses activités et sa politique du Développement Durable. Elle a surtout apprécié la vision du Groupe en ce qui concerne son engagement à protéger la biodiversité et à pérenniser l’environnement.
1er producteur d’énergie électrique à Biomasse en Côte d’ivoire depuis plus de 27 ans, SIFCA veut relever le défi énergétique à travers sa filiale, BIOKALA dédiée exclusivement à la production d’énergie électrique générée à partir de la biomasse issue des plantations de palmier à huile.

assurance-

Couverture de risques scolaires : Signature de convention entre l’Africaine des Assurances et la FENEPLACI

Chaude poignée de mains. Echanges de parapheurs. Gohité Tiémoko, Président de la Commission finance, représentant le président de la Fédération des établissements privés laïcs de Côte d’Ivoire (FENEPLACI) et Ahouandjinou Koffi Marcel, Directeur général de l’Africaine des Assurances ont signé une convention portant sur la Responsabilité civile scolaire ce mardi 24 octobre 2017 dans les locaux de la compagnie d’assurance à Abidjan. La convention Responsabilité civile scolaire a été souscrite par la FENEPLACI en faveur de ses établissements membres. Cette offre garantit les dommages qu’un écolier, collégien ou lycéen pourrait occasionner à un camarade ou à un tiers, mais aussi ceux qu’il pourrait subir notamment les dommages corporels dans l’enceinte de l’établissement ainsi que les risques de trajet.

Au nombre des prestations offertes, a informé Ahouandjinou Koffi Marcel, le remboursement des frais de réparation en cas de dommages corporels et matériels causés aux tiers à hauteur d’un milliard de francs CFA, le versement de 2 millions de francs en cas de décès. Le montant à verser sera de 5 millions de francs en cas d’invalidité suite à un accident. Le remboursement des frais médicaux, pharmaceutiques et d’hospitalisation exposés à la suite d’un accident pour un plafond de 600 000 F. Le remplacement des lunettes et des prothèses dentaires, a poursuivi Ahouandjinou Koffi Marcel, les frais de transport du blessé, de prothèse dentaire et de lunetterie sont également couverts. L’assurance Responsabilité civile scolaire garantit également des indemnités contractuelles au bénéfice des fondateurs, des chefs d’établissements ainsi que le personnel enseignant en cas de décès ou d’invalidité suite à un accident. « Nous pouvons vous rassurer qu’en cas de sinistre nous tiendrons nos engagements car nous avons l’expertise et les moyens », a tranquillisé le Directeur général de l’Africaine des Assurances.

Cette présentation a été bien accueillie par Gohité Tiémoko qui dit «porter beaucoup d’espoir en ce partenariat ». Toutefois, il a mis l’accent sur le respect des délais de couverture par la compagnie d’assurance. « Ce qui importe pour nous c’est la tenue de vos engagements. Que les délais des 30 jours soient respectés », a-t-il insisté.

Notons que l’Africaine des Assurances ambitionne avec cette convention d’assurer sur toute l’étendue du territoire ivoirien les élèves, fondateurs et personnels affiliés à la FENEPLACI.

Source:Abidjan.net