Statistiques: 339 vues
Voeux 2019- prefet

Le porte-parole de la société civile, n’a pas manqué, d’interpeller dans son adresse au représentant du chef de l’État dans la région de Gbêkê, Tuo Fozié, sur quelques actes qui mettent en mal la quiétude des populations. Comme d’accoutumé, chaque couches sociales de la ville a, à tour de rôle, présenté ses vœux au préfet de région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké, Tuo Fozié. C’était le mardi 15 janvier 2019 à sa résidence. 

Doumbia Soumaïla, le coordonnateur général de la plate-forme de la société civile pour la paix et la démocratie, prenant la parole au nom de la société civile, a invité les décideurs à se pencher sur les cas d’insécurité. 

« La présentation des vœux nous a permis d’interpeller le préfet sur quelques actes qui troublent le sommeil des riverains. Nous enregistrons des jeux de casinos installés de façon anarchique dans les quartiers de Dar-es-Salem, Sokoura etc. Ces jeux entraînent nos enfants dans des comportements nocifs, à savoir les vols, les fumoirs et les braquages dans des quartiers. C’est pourquoi nous sollicitons l’aide des décideurs pour éradiquer ce phénomène. » a t-il déclaré. 

Il est revenu, également, sur la question des motos-taxi qui ne cesse d’endeuiller des familles. Pour le porte-parole de la société civile, il est grand temps que ce secteur soit réglementé afin de quitter dans l’informel.

« Nous voulons que les désordres occasionnés les jeudis, lors des mariages avec le slogan « bon chauffeur » soit interdit. Il s’agit d’un phénomène qui occasionne d’énormes dégâts matériels et corporels » a t-il poursuivi. 

Prenant la parole à son tour, le préfet Tuo Fozié a remercié l’ensemble des couches présentes pour leur sens de dévouement et leur engagement dans la lutte contre l’incivisme.

Tout en prenant en compte les doléances de la société civile, Il les a invités à conjuguer leurs forces avec celles des hommes en armes pour éradiquer ces phénomènes qui gangrènent la cité. 

Sylvain Faithè