Statistiques: 225 vues
conseil regional gbeke 2019

Élu à la tête du conseil régional de Gbêkê, d’une superficie de plus 900 km2, le président Mangoua Jacques et son conseil ont adopté le budget primitif pour l’exercice  2019, qui s’élève à plus de 2 milliards de Fcfa, le vendredi 22 Février 2019, au centre culturel Jacques Aka, lors de sa première session ordinaire. Le budget en investissement qui s’enlève à 1 milliard 16 millions 465 fcfa a été jugé insuffisant, par le nouveau président du conseil régional de Gbêkê.

Cette session a été l’occasion pour le conseil d’approuver le programme triennal 2019-2020 le budget primitif  au coût total de 2 milliards 118 millions 754 fCfa,  dont : 1 milliard 102 millions 289 fcfa pour le fonctionnement et 1 milliard 16 millions 465 fcfa pour les investissements et les actions à mener sur le terrain.

Pour le président du conseil régional le budget à louer aux investissements est insuffisant pour une grande région comme le Gbêkê. « Au niveau du budget primitif nous avons deux parties, le fonctionnement et l’investissement. Et le plus important, c’est celui de l’investissement, car il nous permet de travailler et de financer les projets des villages, qui s’élèvent à 1 milliard 16 millions 456 fcfa. Cela est peu pour cette grande région de la Côte d’ivoire. » a indiqué le président Mangoua Jacques Saraka.

Élu sous la bannière du parti septuagénaire le PDCI-RDA, Mangoua Jacques compte investir dans le domaine de  la santé, l’éducation, l’électrification, l’hydraulique villageoises, l’adduction en eau potable et dans les infrastructures socio-économiques pour le bonheur des populations. Pour ce faire, il compte achever les projets de son prédécesseur après un audit qui prendra forme dans les semaines à venir.

Pour répondre exactement aux besoins des populations, il veut mettre à la disposition de ses conseillers des fiches techniques. « Pendant mon mandat en tant que président du conseil de Béoumi, j’avais mis en place des fiches, que j’ai moi-même fais, qui nous permettaient de connaître les réels problèmes ou besoins des populations. Et cela, s’est avéré porteur pour cette localité. Et c’est ce modèle que nous allons utiliser pour la région de Gbêkê. Il s’agira de partir vers les populations, pour savoir à quel niveau, elles ont besoin de l’aide du conseil, dans tous les domaines, et après avoir collecté les informations nous ferons une synthèse et nous nous mettrons au travail » a dit Mangoua Jacques.

Mme Loboué Hortense Amani, secrétaire général 2 de la préfecture a, quant à elle, exhorté les conseillers à conjuguer leurs efforts autours du président Mangoua Jacques afin de lui permettre d’atteindre ses objectifs pour le bonheur des bouakois.

Sylvain Faithè